Widad HAFDA

Entrepreneure



– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Bonjour et merci pour l’invitation. J’ai à mon actif un petit chouia plus de deux décennies et demi et c’est suffisant !
Là bas je suis « française d’origine marocaine » et ici « bent rarij ou bent zmigri » mais tout le monde s’accorde à dire que je suis 100% hrizia avec le tempérament qui va avec. Je suis la cofondatrice de NOPAL Industrie, une « star up »  évoluant dans la cosmétologie.


– Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.

J’ai forgé mon goût du business à « International School of Management » IDRAC à Nice, une période durant laquelle « NOPAL Industrie » a trouvé sa source. Mon entrée dans la vie active en tant que jeune diplômée en France a été tumultueuse et peu constructive et ne correspondait en aucun cas à mes ambitions professionnelles.

J’ai alors décidé de tenter une « aventure » : remettre au goût du jour mon « projet ». Il y a plus d’an que j’ai crée en association avec Linda HAFDA experte du secteur de la mode, le domaine de la beauté et l’esthétisme non plus de secret pour elle, donc l’associée idéale pour la création de  « NOPAL Industrie » à Casablanca.

Ma vie professionnelle a été jusqu’à ce jour, semée d’embûches de tout genre. Malgré les échos que j’avais eu auparavant, il ne m’était pas venu à l’idée que j’allais être la risée de certains individus aliénés de tout civisme. Mise à part se nuire à eux-mêmes, et causer des préjudices à l’intérêt de la collectivité donc en adoptant certains comportements douteux, ces individus ne contribuent en rien au développement sous toutes ses formes du Royaume.

Comportements  néfastes à l’exercice de l’activité de NOPAL Industrie qui n’a ce jour pas eu la possibilité de répondre à la demande du marché, et qui de surcroît s’est vue dans l’impossibilité de garder ses clients. Perdre la totalité de ses clients lorsque que l’on est en phase de lancement est très courant lorsque les délais sont sans cesse reportés.

10 mois de lutte acharnée ont été nécessaires entre la date d’immatriculation de la société et la date d’obtention de tous les documents légales nécessaires. Qui sans le concours de messieurs  ALAMI et ETTOUSY le délai d’attribution des diverses autorisations aurait été sans doute indéfini.

Aujourd’hui, je me retrouve dans un cas de figure aberrant d’incohérences, bien que NOPAL Industrie n’est eu aucune transaction commerciale, le dépôt de bilan semble une bataille qui va être des plus difficile à me mener.


– Quels sont vos projets d’avenir ?

A court terme, je projette de céder la totalité de mes parts à mon associée.

A moyen terme, j’envisage d’entreprendre la même démarche en dehors des frontières Marocaines pourquoi pas en France dans un premier temps. Son système et ses processus me sont plus familiers et légitimes. Pas de frein à créer de la valeur ajoutée que ce soit humainement, socialement, économiquement ou financièrement, car l’ambition de départ est encouragée.
A plus long terme pourquoi pas partir à la découverte du pays d’oncle Sam. InchaAllah !


– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je vais plutôt donner un avis qu’un conseil car je ne considère pas encore avoir réussi, je parle d’un point de vue économique car la société que je dirige n’est pas en bonne santé à cause des faits que j’ai mentionné plus haut.

L’aboutissement correspondant à mes convictions a été atteint. Ma réussite sur le plan humain en tant que jeune femme venant de France n’est pas due au fait que je sois partisane  que l’on doit prendre conseil que de soi-même.

Nos avons tous nos convictions et ambitions mais la réussite dépend surtout du réseau peu importe le type de société où l’on évolue, car celui ci reste la clé de succès que l’on soit une femme ou un homme.

Allah fera le reste inchaAllah.


– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

En prenant du recul, et avec un regard de jeune femme ayant vécu la majorité de sa vie à l’étranger, d’après moi l’épanouissement de la femme dans la société marocaine n’en est qu’à ses balbutiements. J’ai eu la chance de rencontrer des personnes de diverses régions et milieux sociaux, mais aussi des Marocains d’origines diverses.

À travers mes rencontres, mon constat est qu’il subsiste une discrimination latente à l’encontre des femmes marocaines.

On s’accorde à  dire que le Maroc est démocratique, il l’est effectivement si l’on en constate les évolutions ne serait-ce que culturelles. Cependant, dans les faits, l’application de la démocratie est problématique.

En 2009, un des principes élémentaires de la démocratie, « l’égalité entres les hommes et les femmes »  semble ne pas être totalement familier des mœurs marocaines dans un nombre non négligeable de foyers et entreprises.

Dans mon entourage proche, la grande majorité des femmes sont illettrées, alors que d’autres sont diplômées. Les unes subissent une discrimination à l’accès à l’éducation et les autres à l’emploi, le cas échéant au niveau des salaires.

Toutes ces femmes ont besoin que des mesures soient prises pour structurer le paysage égalitaire de la société marocaine en permettant à une femme de pouvoir s’informer par elle-même.

Nombreuses sont celles qui n’ont pas connaissance de leur droit en cas de conflit marital.  Ou encore donner la possibilité à une femme d’accéder à des postes à responsabilités lorsque son CV répond aux exigences requises. Ce constat n’est pas inhérent au Maroc.


–  Votre avis sur lemondefeminin.com ?

Une plate-forme qui sans doute deviendra un vecteur important de la visibilité des diverses facettes de la femme marocaine.
Evoluant au même titre que les hommes marocains mais ne se contentant plus de « vivre la société » mais d’évoluer avec et d’agir dans ce sens.

D’un point de vue plus personnel, je l’ai découvert récemment et il me rappelle un webzine féminin européen, souhaitons à lemondefeminin.com une success story similaire. D’autre part, lemondefeminin.com est une petite mine d’or d’informations que je me plais à explorer.


– Dernier mot

Hamdoulillah


Par : Aziz HARCHA

Laisser un commentaire