Touria Souaf

Partager l'article

Pouvez vous vous présenter aux lectrices du site la marocaine ?

Touria Souaf journaliste présentatrice à 2M

Parlez nous de votre parcours professionnel ?

J’ai prés de 25 ans de présence dans les médias. J’ai commencé ma carrière à Medi I en qualité d’animatrice. 5 ans aprés j’ai été choisi sur 400 candidats pour présenter le journal télévision. Devenant ainsi la première femme marocaine présentatrice du télé journal . L’opération « ça bouge à la télé » a été un énorme succès, avec un relooking extrême de la télévision, jusque là très conventionnelle. L’exploit n’a duré qu’un temps, et le retour à la case départ, m’a contraint de quitter la RTM. J’ai ensuite intégrer 2 M, avec un autre mode de fonctionnement très « ton libre et libre expression » Véritable outil de démocratisation, la télé nous a réellement permis de faire le travail de journaliste, tel qu’il est pratiqué dans les Etats modernes et démocratiques. Présentatrice du JT, journaliste et reporter de terrain, j’ai couvert les grands évènements de l’actualité, les activités royales, avec une approche nouvelle. Il y a eu ensuite point vue un rendez vous hebdomadaire pour interviewer les responsables politiques, les décideurs économiques et les personnalités politiques. De 7 minutes l’émission est passée à 20 minutes. Invités de l’Entretien », les dirigeants et les personnalités étrangers et marocains.

Quelles sont vos préoccupations en plus de votre travail quotidien?

Le bien être des gens que j’aime, mon fils en premier lieu.

Quel est votre rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

A vrai dire, professionnellement, je suis satisfaite du cours de ma carrière. Sur le plan personnel, avoir plus d’enfants, avoir en fait, une grande famille.

Quel est le secret de votre réussite ?

Le sérieux, l’intégrité, la probité, et l’humilité.

Qu’est ce que vous a fait d’être primée par  » la marocaine « ?

C’est pour moi un grand honneur d’avoir reçu une distinction de la Marocaine. C’est une reconnaissance des mes dures années de labeur. Après 25 ans de carrière, cela me donne le sentiment d’avoir réussi ce qui me passionne, avec humilité. Je remercie encore La Marocaine, le prix m’encourage et me motive pour continuer à donner encore le meilleur de moi-même.

Quel conseil donneriez vous aux jeunes ?

Aimer ce que l’on fait, travailler sans relache ne compter que sur soi, et ne jamais décourager même dans les moments les plus durs. Le temps est un grand maitre, et la reconnaissance finit toujours par arriver.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Octobre 2010

Bouton retour en haut de la page