Souad El Alaoui Ben Hachem

Partager l'article

Souad El Alaoui Ben Hachem est née à Meknès le 5 février 1955, est une sociologue de formation et auteure marocaine.

Elle est l’auteure de Lis Tes Ratures recueil de poèmes et de Lalla Khalti ou la vie au féminin relatant la vie quotidienne de femmes marocaines ainsi que du bouleversant « J’ai mal en moi », livre se composant de onze nouvelles qui décrivent des situations d’abus sexuels. Ce dernier ouvrage a fait date ayant levé le tabou des relations de force hommes/femmes dans le domaine de la sexualité au sein de la société marocaine.

En mars 2018 sa nouvelle « Nos mères, Ta femme, Nos fille, Nos-Nos ? » est publiée dans le livre Hommes sensibles s’abstenir aux éditions Éditeur de talent.

Et c’est en Février 2020 que son beau-livre Portraits de Femmes de Fès est publié aux éditions Marsam et illustré par Noureddine Belhaj. Cet ouvrage, suite spirituelle de Lalla Khalti, nous ouvre une fenêtre vers le passé ou l’on peut contempler des instants tristes et heureux de la vie de Femmes de Fès de différents milieux sociaux à travers les nouvelles qui composent ce livre.

Ses Œuvres

Portraits de Femmes de Fès

 

Lis Tes Ratures, 2002

Pendant les deux prochains milliards d’années que j’ai encore à vivre, je prendrai au moins une année pour rire. J’userai et je consumerai toute une année à ce dessein. Mes muscles faciaux n’ont qu’à se tenir prêts, ils auront du travail
Et pendant 366 jours j’ai décrété que cela serait une année bissextile, c’est toujours 24 heures de plus je rirai. Mon épiderme, mon duvet, mes rides… seront de la fête. Je vais rire, Je vais caracoler, Je vais me gargariser…
A vos ordres, Chef
Bien sûr chef, c’est comme veut monsieur le chef, je ne pense pas chef, mais vous savez c’est vous le chef.
Le chef, mon chef est toujours un chef.
Il est chef jusqu’à ce qu’un chef décide qu’il n’est plus chef.
C’est vrai qu’on reste toujours un chef, et qu’en plus on naît chef, on est toujours le chef de quelque chose, de quelqu’un, et indéniablement dans un état de chefferie.

Lalla Khalti ou la vie au féminin, 2003

Un roman où elle raconte le destin ou plutôt les destins de femmes ayant marqué sa mémoire tout autant que l’injustice dont elles étaient victimes à une certaine époque, quand on disait que le malheur vient de la femme.

Les récits ou les contes, si l’on veut, relatent la vie quotidienne de certaines femmes qui appartenaient, pour la plupart, à des classes aisées et très conservatrices et que l’auteur présente et décrit avec une grande force de l’observation, ne ratant presque aucun détail.

L’auteur, sociologue de formation, qui parle, en fait, d’une certaine époque, réussit au fil des pages de son roman à nous donner l’impression que chaque personnage est indépendant des autres et que les épisodes sont différents les uns des autres et ce, avec une rare maîtrise. Et si la trame du roman est la femme, cette « Khalti », tante véritable ou supposée mais omniprésente, il n’en demeure pas moins qu’à travers les récits, des hommes s’y faufilent sans cesse. On ne peut évoquer le destin de femmes sans le lier à des hommes. Cela s’entend !

J’ai mal en moi, 2005


J’ai mal en moi
, 2005
Sociologue, humaniste et chroniqueur, Souad et Alaoui Benhachem présente son troisième ouvrage sur le harcèlement sexuel…. Quelqu’un me bloque par terre. C’est mouillé. J’ai la moitié du corps sur la serpillière. J’essaie de me soulever. Une main me bloque. J’essaie de me relever, la serpillière ne m’aide pas, elle me fait glisser. Je halète. Ma robe est à demi soulevée. Je tire vers le bas cette satanée robe. Deux tonnes me plaquent. J’étouffe. Cela se soulève. Je respire difficilement. je me soulève. Les deux tonnes me replaquent. Je manœuvre de droite à gauche. Je suis rebloquée. Je fais la morte, je ne bouge plus, je ne respire plus. Aïe…

 

Homme sensible s’abstenir, 2018

Dans ce livre collectif, l’espace est libre, Poème, Chronique ou Nouvelle, un espace sur lequel elles posent leurs mots. Des mots questionnant le cœur, la rage, l’incompréhension, la compassion, la détermination, l’enthousiasme, le traumatisme, la fébrilité ou l’espoir. En pantalon, jupe au-dessus des genoux, maquillées ou au saut du lit, cheveux au vent ou recouverts, elles s’expriment sans concessions.
Véritable compilation de points de vue, il ne s’agit pas d’un pamphlet sur les Droits de…, mais d’une vision satirique, humoristique ou grave mais pertinente qui a pour but de faire, de nous faire se poser les bonnes questions.

Les auteures:

BouthainaAzami; Hanane Abdelmoula B; Radia Amor ; Ahlem B ; Mazal B ; Malika Barki ; Salma Be ; Valérie Bengio ; Souad Bennani Smires ; Imane Benzarouel;Lamia Berrada-Berca ; ChadiaBoudarssa ;Dalila Boulaguigue ; LounjaCharif ;RajaâCherkaoui El Moursli ; Tania Chorfi ; GhizlaineChraibi ; Florence Cook ; Sabel Da Costa; Sanaa El Aji ; Souad El Alaoui Benhachem; Maya El Fassi Fihri; Hajar El Hanafi; Majda El Krami;Malika Filali ;RabiaFranouxMoukhlesse ; MelanieFrerichs-Cigli;IkramHaddaji ; Fatéma Hal ; Hanane Harrath; Souad Jamaï ; Fatima EzzahraJanatiIdrissi; Lamia Kadiri ; MaguyKakon ;KhouloudKebali; Kenza Lahlou ; Fatima Zahra Lahlou; Nadia Larguet ; Kenza Mellah ; Ghita Mellah ; Fatime Zahra Morjani; Zineb Satori ; Elsa Soltès ;TouriaSouaf ; Latifa Tayah ; Salwa Tazi ;BahaaTrabelsi.

Bouton retour en haut de la page