Selma Régragui

Directrice/Fondatrice d'une Agence de Communication - Canada -

Partager l'article

Bonjour, pouvez-vous vous présenter SVP ?

‘J’aimerais avant tout remercier Lamarocaine.com de s’intéresser aux femmes Marocaines du pays et de partout dans le monde. Il est toujours difficile de parler de soi, mais aller, je me lance : Selma Régragui, native de la ville de Rabat, j’ai 44 ans et je suis la maman de deux merveilleux enfants Nouha 21 ans et Rayane 19 ans, ma plus belle réussite.

Je suis la Directrice/Fondatrice de l’Agence de Communication 2CCOM – Canada, la Présidente du Groupe Multi-Services International.ca, l’Ambassadrice de Women In Leadership au Canada, la Directrice de la Fondation Tamkine au Canada et aussi Journaliste indépendante sous la plate-forme médiatique Positiva Morocco/Canada et bien plusieurs casquettes et engagements au Canada, au Maroc et à l’international.’
Mais avant tout, je suis une mordue du relationnel et du réseautage en affaires.
Je ne saisis pas les opportunités, je les crée.

Racontez-nous un peu votre parcours

Il m’est toujours d’un grand honneur de préciser que je suis un pur produit de l’éducation nationale au Maroc.

Des études primaires à l’école Saint Gabriel (Un établissement de la mission Française dans les années 70 et 80), ensuite au collège ‘Mouad Ibn Jabal’, au lycée ‘Lalla Nouzha’ pour poursuivre mes études supérieures à l’Université Mohammed V, toujours à Rabat ma ville natale.

J’ai pu bénéficier de deux diplomations universitaires, une en langue et littérature Anglaise et l’autre en Communication et journalisme, chose qui m’a ouvert des portes sur de belles opportunités professionnelles à l’international.

Et puis il y a cette belle éducation offerte en présent inestimable par ma famille. Une mère exceptionnelle, à la fois intellectuelle et gardienne d’une tradition ancestrale que notre culture Marocaine nous permet magistralement.

Des valeurs qui me guident jusqu’à présent et influencent positivement mes choix et mes décisions. Un lègue que je transmets à mes enfants et me sens toujours fière de les voir s’en inspirer et en être, imprégnés.

Comment est née cette passion pour la COM ?

Je dirais Ah cette communication qui me colle à la peau ! Tout dépend de notre personnalité et de notre façon, propre à chacun, de considérer son environnement et sa relation avec les autres. J’ai choisi ce domaine dans lequel je suis comme un poisson dans l’eau, malgré le fait qu’il reste encore un Océan insondable. Il évolue à la vitesse de la lumière et nous devons suivre la cadence. Toute jeune alors que je jouais encore à la poupée, je m’imaginais devant un public présentant un événement ou débâtant d’un sujet d’actualité de l’époque.

Ce qui n’était qu’un jeu d’enfant s’est transformé en réalité, j’ai organisé, modéré et présenté des événements d’envergure et ne cesse d’être en amour avec l’assistance qui m’est attentive et respectueuse à chaque fois que j’ai l’occasion d’avoir la parole et de la donner également.

Et pourquoi le Canada ?

Bonne question! Lorsque je vivais au Maroc, plusieurs occasions se sont présentées pour poursuivre mes études en Grande-Bretagne, en France et aux États-Unis. Je n’en n’avais considéré aucune sérieusement, l’idée de quitter mon pays ne m’effleurait même pas l’esprit, jusqu’au jour où la décision de faire une demande d’immigration pour le Canada a été prise en commun accord avec mon mari sans y tenir et sans y croire vraiment. Notre dossier a été traité en moins d’un an (Une situation peu commune) et l’immigration a eu lieu. Nous avions, peut-être besoin d’explorer d’autres horizons et nous avions tenté notre chance, pourtant nous avions une excellente situation au Maroc.

Le Canada est un pays d’opportunités et de méritocratie, celui qui fait ses preuves et qui s’y intégrer par le travail et la proposition d’initiatives y trouve reconnaissance et accompagnement.

Marocaine et Businesswoman au Canada, ça fait plaisir et honneur

La femme Marocaine a toujours été pionnière dans beaucoup de domaines. Elle est, également, mère dévouée, pilier de la famille et gardienne de nos belles traditions ancestrales.

Je ne fais pas l’exception, mais j’ai le privilège de faire partie d’une belle lignée de femmes dans ma famille qui ont toujours réalisé leurs rêves et ont atteint leurs objectifs.

Vous savez, le travail, sérieux et rigoureux, trouve toujours des personnes qui l’encouragent, l’accompagnent et le félicitent quand il le faut. Nous sommes plusieurs Marocaines au Canada qui traçons notre chemin avec assurance et professionnalisme, sans oublier de le paver pour une belle relève qui nous honore déjà dans plusieurs volets au Canada : Art et Culture, Politique, Entrepreneuriat et bien d’autres sphères ayant de l’impact sur la société Canadienne.

Il n’est jamais facile de se démarquer dans un pays d’immigration, mais j’ai confiance en moi et en mes compétences. Je réalise mes rêves à l’huile de coude et j’y arrive bien souvent !

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Il serait pertinent de souligner que pendant plusieurs siècles, les femmes ne pouvaient être considérées comme l’égal des hommes. Surtout pour l’accès à l’éducation, au travail à l’extérieur de leurs foyers et même aux droits civiques et juridiques. À présent et alors que les femmes ont milité pendant plusieurs années sur plusieurs fronts, elles ont pu atteindre une égalité légale et juridique qui doit être développée et encore plus affirmer pour forger plus le respect envers la gent féminine.

Tout cela pour vous dire que personne ne peut se positionner en conseiller pour dicter à une femme la marche à suivre. Chaque femme est exceptionnelle dans son activité professionnelle, dans sa façon de considérer la vie et dans ses ambitions. Tout ce que je peux dire, c’est que la confiance en soi est l’ultime secret. Malgré toutes les embuches et les obstacles auxquels une femme peut faire face au quotidien, il y a toujours moyen de réussir et de se démarquer.

Quels sont vos projets à venir ?

Tant que dieu me prêtera vie, je ne peux contenir mes ambitions. Heureusement, je me donne les moyens de réaliser mes projets en m’entourant de personnes qui me font confiance. Du fait de la nature de mes activités, je suis une touche à tout avec des principes chevillés au corps et une vision très claire de ce que je souhaite vivre personnellement et professionnellement

Je compte, bien sûr, développer les activités de mon Agence de Communication 2CCOM. Le Consulting en communication connait un grand développement, sous la pandémie, chose qui est paradoxale, mais bien réelle.
Avec 2CCOM il y a aussi le volet Marketing, en a découlé le Groupe Multi Services International.ca. Nous sommes quinze entreprises et j’en assure la Présidence, nous menons des activités en import/export et en plusieurs services économiques au Canada et à l’International.

Pour ce qui est de la Plate-forme médiatique Positiva Morocco, je compte aussi continuer à y recevoir d’honorables compétences Marocaines et amis du Maroc.

Des engagements à honorer et des nominations d’Ambassadrice au Canada qui me rendent fière de mon apport sous plusieurs casquettes.

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Après le décès de ma mère avec qui j’avais une relation fusionnelle, j’ai eu mes moments de faiblesse et de vulnérabilité. Je n’avais que vingt et un an, fraichement mariée et tout une vie devant moi.

Lorsqu’on vit un deuil aussi lourd, il y a deux réactions : Se laisser submerger par le chagrin ou faire rapidement un travail d’introspection et se reprendre en main. Notre esprit est naturellement formaté pour trouver des solutions, alors j’ai opté pour la meilleure; honorer la mémoire de ma mère et donner l’exemple à mes enfants et à mon entourage.

J’ai rapidement appris que pour réussir dans la vie, il faut savoir gérer ses émotions et ne pas laisser ses doutes et ses tristesses prendre le dessus sur le plus important : La vie tout simplement!

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

En l’an 2000, j’ai mis au monde mon premier enfant, ma fille Nouha. Je ne vous cache pas que mon bonheur était incommensurable de pouvoir tenir tendrement cet ange dans mes bras. Toutefois, je portais en moi ce fardeau de devoir assurer à ma fille un environnement qui lui favorise l’épanouissement, le respect et la sécurité.
La même année, un ministère chargé des femmes est créé ‘Le ministère de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social’. Déjà, nous considérions que le Maroc faisait des miracles pour l’amélioration de la condition de la femme.

La Moudawana aussi est une initiative symbolique, sans oublier de souligner les efforts du Roi du Maroc pour mettre en exergue le rôle important de la femme dans une société qui a besoin, d’abord, de capitaliser sur le changement des mentalités avant tout autre chantier de développement. Pour donner le meilleur exemple : Nous ne pouvons que nous enorgueillir d’avoir à la tête de la diplomatie Marocaine et dans des pays de forts positionnements dans le monde, des femmes qui imposent le respect et forcent l’admiration.

Il est très tôt pour dire que la femme au Maroc a atteint pleinement une émancipation confirmée. Néanmoins, de grandes réalisations ont eu lieu permettant une évolution considérable dans la condition féminine.

Votre avis sur le site ?

Les plateformes qui s’intéressent aux femmes Marocaines sont des médias à encourager vivement et à soutenir.

Mettre en valeur les compétences et les carrières de femmes qui ont pu réussir professionnellement est une initiative louable. J’ai pu découvrir des profils intéressants et me réjouir de voir des amies et des connaissances s’exprimer sur Lamarocaine.com. Je souhaite longue vie à votre site et ne ménagerais, personnellement, aucun effort pour contribuer à son rayonnement et à sa réussite.

Dernier mot ?

Friedrich Nietzsche disait : « Le bonheur est une femme. » et il avait bien raison de le constater. Moi je dirais ‘Et que serait le bonheur sans une femme? ». Merci à LaMarocaine.com de nous donner la parole!

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juin 2021

Bouton retour en haut de la page