Sarah Ben Geloune

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP

Sarah Ben Geloune, 27 ans, je suis consultante d’application à Capgemini.

Racontez-nous un peu votre parcours

Après l’obtention de mon master en marketing et communication à HEM Marrakech, j’ai pris mon envol pour Sherbrooke au Québec, où je me suis spécialisée en marketing digital, mais le froid a eu raison de moi. J’ai donc atterri à Paris dans une agence de communication intégrée à Hyundai en tant que cheffe de projet CRM/PRM Junior, où j’ai fait mes premiers pas dans le monde du travail.

Après mon passage en agence de communication, j’ai atterri dans un milieu beaucoup moins sexy, qui est celui de l’IT.

J’ai commencé à Capgemini en tant que consultante fonctionnelle sur Salesforce, ensuite je suis passée en tant que Business Analyste, pour finalement devenir Product Owner, poste que j’occupe actuellement.

Arriver dans le monde du consulting, m’a permis de découvrir plusieurs secteurs tous aussi différents les uns des autres étant donné qu’on passe d’une entreprise à une autre (Total, Bureau Veritas, Sephora etc.).

Comment est née cette passion pour l’IT

Cette passion pour l’IT, n’en était pas une à la base. Ça m’est tombé dessus complétement par hasard.

En arrivant à Capgemini, je me suis rendu compte que j’étais dans un monde de « geek » un monde qui à la base me faisait un peu peur, mais plus les jours passaient plus j’adorais ça.

J’avoue qu’au début c’était un peu compliqué, je sortais d’école de commerce, mes collègues autour de moi étaient tous ingénieurs, je devais travailler deux fois plus, parce qu’il y avait des notions informatiques qui me manquaient, je devais faire des formations ou passer des certifs en parallèles afin de prouver que je méritais ma place dans ce milieu.

Et aujourd’hui, après quasiment 3 ans à Capgemini, je ne me vois pas travailler ailleurs que dans ce milieu.

Et ce choix de vivre en France ?

A la base j’étais partie pour vivre quelques années au Canada. Mais à la seconde où j’y ai mis les pieds je me suis rendu compte que ça n’allait pas le faire. Je passais de 40 degrés à Marrakech à -40 degrés à Sherbrooke. Je n’étais vraiment pas faite pour ça (Je crois que je ne suis pas prête d’oublier les 2m de neige en sortant de chez moi). Je suis faite pour vivre au soleil… au Maroc. Malheureusement, autant j’adorais mon Maroc, autant je n’y étais pas épanouie professionnellement parlant. En tant que sortie d’école, je n’arrivais pas à trouver ma place en entreprise, d’où mon choix de quitter le pays.

Le meilleur endroit où je pouvais m’épanouir professionnellement mais sans trop m’éloigner du Maroc c’était la France. C’est un pays qui connait et comprend notre culture.

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Je ne sais pas trop quoi répondre à cette question, parce que pour moi chaque étape, et chaque choix que j’ai fais dans ma vie a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Il n’y a pas eu de moments ni d’évènements qui ont complétement changé ma vie.

 

Quels sont vos projets à venir ?

Mon projet est de gagner en expérience afin de pouvoir revenir travailler au Maroc. Je n’étais pas épanouie en entreprise au Maroc en tant que sortie d’école, mais je suis persuadée d’y trouver ma place avec un peu plus d’expérience.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Mon conseil pour les femmes qui veulent réussir est qu’il faut croire fermement en soi, qu’il ne faut pas toujours écouter ce qu’on nous dit, ni ce qu’on dit de nous. Pour les femmes qui se cherchent encore, je leur dirais de ne jamais abandonner et de ne jamais baisser les bras. Et enfin, j’ai une pensée également pour les femmes qui ont réussi, je voudrais les féliciter et leur dire de travailler encore plus dur pour aller encore plus loin.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Je suis assez mitigée par rapport à la situation de la femme au Maroc.

La situation de la femme au Maroc est en pleine évolution… mais malheureusement pas assez vite à mon goût. On entend encore beaucoup trop de « Souggane tlaayalate ».

En entreprise c’est pareil, on va trouver plus d’hommes en postes de grandes responsabilités que de femmes, ce qui est dommage. Les femmes ayant des postes de grandes responsabilités doivent travailler beaucoup plus que les hommes.

 

Votre avis sur le site ?

Je vous félicite pour ce site, je trouve que c’est une excellente idée de créer un portail dédié à la femme marocaine. Cela met en avant l’importance de la femme dans la société marocaine.

 

Dernier mot ?

Comme dit l’adage de Saint Exupéry « Chaque femme contient un secret : un accent, un geste, un silence. » … A bon entendeur.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Avril 2021

Bouton retour en haut de la page