Samira BENNANI

Partager l'article

1- BONJOUR Mme SAMIRA BENNANI pouvez vous vous présenter SVP.

-Je suis SAMIRA BENNANI sans aucun doute l’unique femme marocaine, Arabe et Africaine, à pratiquer le sport Automobile: (Circuit de vitesse fermé) je suis double: très virile et très femme à la fois. J’ai deux plaisirs: celui d’être une vraie femme vis à vis des hommes avec une certaine sophistication, et celui de la compétition, quelque chose de typiquement masculin. Je suis une battante née, au physique comme au moral.

2- Pouvez vous nous raconter votre parcours

– Ma première passion, c’était la moto. Juste après le bac, et Après 3 ans de mariage, j’attendais mon premier bébé donc, je ne pouvais pas poursuivre mes études. Le 25/05/2000, j’ouvre ma nouvelle agence de location de voitures, je m’en occupe personnellement. C’est très passionnant comme métier puisque c’est le domaine des voitures, je l’ai même nommé INDYCAR comme La compétition des formules qui à lieu à Indiana police.

3- Pourquoi spécialement le sport d’automobile, est ce par défit ou par passion

– J’ai besoin d’être animée par la passion : Courir, signifie pour moi d’ abord se mesurer, et non certes se pavaner dans une randonnée de tourisme. Etre pilote, c’est très dur, mais ceci forge un sacré caractère. Ce métier ou l’on est sans cesse obligée de se dépasser, donne une incroyable confiance en soi. Affronter sans arrêt les hommes sur leur territoire fait qu’ensuite, dans la vie, on n’est intimidé par rien.

4- Raconter-nous un peu votre histoire d’amour avec le sport automobile

– Depuis mon jeune âge, je cultive la passion des moteurs comme d’autres femmes celle des diplômes ou des bijoux…. j’ai très tôt succombé à l’ivresse de la vitesse avec un grand V.

5- Comme est perçue cette passion par votre entourage et votre famille

-Pour ma mère (je suis orpheline de père), je lui ai imposé mon sport, elle ne l’acceptera jamais puisqu’elle le considère fatal. Cela fait treize années que je cours. Ma fille MOUNA me voit donc courir alors qu’elle était en bas âge. Idem pour mon fils MEHDI. Quand il y a une course, Mehdi se range du côté de son père et Mouna de mon côté. C’est très amusant. Mon mari, Abdellilah Bennani tout aussi passionnée de courses, n’acceptera jamais que j’arrête mes courses, car il sait très bien que je suis une grande professionnelle tout autant que lui.

6- présenter-nous un peu votre palmarès.

– Ma première course à eu lieu sur terre battue à Benslimane : Année 1988. Depuis cette date, tous les circuits du Maroc me reconnaissent, je me fais un point d’honneur de ne rater aucune course. A mon palmarès, plus de 30 fois, premières places. Année 1993, j’ai été élue championne du maroc EN 1998. 1999 fut pour moi la meilleure Année, dimanche 11 juillet, S.A.R le Prince Moulay Rachid m’a décoré du ouissam de sport première catégorie, et Pour la première fois j’ai participé à l’ètranger au championnat mondial de la coupe Megane qui s’est déroulé à Cartagena en Espagne le 12 septembre1999 (classé 19 parmis 70 participants);

A Jarama (Madrid) le 01 et 02 octobre 1999 (classé 11 parmis 70 pilotes hommes) ;
A Valence le 27 et 28 novembre 1999 (classé 4 parmis 70 pilotes hommes).
Les 06 ET 07 novembre au circuit d’Estoril pour le championnat mondial de la coupe megane (classé 6 ) et dans toutes ces compétitions internationales, j’étais le seul élément féminin.

7- Vos projets pour l’avenir

J’ai eu plusieurs reproche du fait de mon absence du Paris Dakar, c’est plutôt par manque de parrainage. Si j’ai le soutien d’un commanditaire, pour l’avenir, j’y participerai. Le grand événement de 2001 ; je suis invitée à passer un stage en formule 1 le: 03 septembre prochain à MAGNY-COURS, circuit du Grand Prix de France.

8- Passons à un autre sujet, comment évaluez-vous la situation de la femme marocaine.

– Ambitieuse, la femme marocaine ne se contente plus d’être confinée aux seconds rôles de secrétaire-dactylographe et autres postes subalternes. Conciliant travail et foyer, elle est maintenant agent de sécurité, chauffeur d’autobus, médecin, juge, notaire, cinéaste, stagiaire à la NASA, officier navigant, commandant de bord.. Elle pilote des avions, saute en parachute, dirige des entreprises et même des pays etc.…la liste est fort longue!

9- Que conseillez-vous aux femmes qui veulent réussir et réaliser un défi comme le vôtre.

– Feu vert aux passionnées de vitesse. Faire de la compétition automobile fait exploser les carcans, pour une femme qui veut exprimer sa volonté, la course est la voie royale. C’est très positif ; On se libère en se dépassant. Au nom de quoi exclurait-on les femmes ? Conduire une voiture à plus de 200 km à l’heure n’est l’exclusive de personne.

10- Un dernier mot

« Une activité ‘’ virile ‘’ qui me permet d’être bien dans ma féminité. » Mon angoisse : Monter en voiture avec un homme qui sait que je suis pilote et qui se sent obligé de me faire une démonstration d’as du volant.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
MAI 2001

Bouton retour en haut de la page