Salma Harrami

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

« Les grandes choses peuvent se manifester par des petits signes » Sigmund Freud
Je m’appelle Salma Harrami, j’ai 30 ans et native de la ville spirituelle et culturelle Fès.

Racontez-nous un peu votre parcours

Après l’obtention de mon baccalauréat en 2008 à Marrakech, j’ai dû me préparer mentalement à quitter le cocon familial et cette belle ville ocre avec ses ruelles étroites, les odeurs des épices et la joie de vivre de ses habitants. L’aventure a commencé, au sein de l’école supérieure des industries textile et habillement de Casablanca, où j’ai obtenu ma licence professionnelle en gestion de production textile (GPT) et mon master spécialisé en hygiène sécurité et environnement (HSE).

A 22 ans j’ai occupé mon premier poste de technico-commerciale et d’animatrice QHSE dans une PME à Casablanca ; et plus les jours défilaient plus je me disais que ce n’est pas seulement le monde professionnel qui allait enrichir mes connaissances. Après plusieurs jours de réflexions, j’ai pris la décision de quitter mon travail, mes parents et mon pays pour poursuivre mon chemin et conquérir l’univers de la recherche en entamant un parcours doctoral en France.

Selon moi, une thèse est une longue aventure vers l’infini, une confrontation à l’inconnu, mouvementée certes, mais pleine de belles surprises et de découvertes. C’est l’appel de la nouveauté qui fait ressortir le goût du risque, une épée forgée durant des périodes d’ambivalence émotionnelle, des rires, des craintes, des larmes mais surtout beaucoup de doutes. Cependant, le chercheur est représenté comme un peintre qui travaille dans son atelier pour réaliser son œuvre.

En décembre 2020, après 5 ans de travail acharné, de stress, de fatigue et de nuits blanches sur un sujet jugé sensible  » RSE et Management des risques psychosociaux (RPS) dans l’industrie textile et habillement au Maroc : le stress professionnel et son impact sur le bien-être des salariés » , j’ai obtenu mon diplôme de doctorat (PHD) en sciences de gestion à l’université Paul Valéry de Montpellier.

 

Comment est née cette passion pour l’Enseignement

 » Je suis de ceux qui ne savent vraiment ce qu’ils pensent que lorsqu’ils l’ont écrit » Stephen King .
Ma passion pour l’enseignement est née grâce à deux de mes anciens professeurs de l’ESITH (Pr Omar CHERKAOUI et Pr ABDELLAH El Yaacoubi) qui ont marqué mon esprit avec de précieux conseils, des orientations scientifiques et des démarches académiques pertinentes. D’ailleurs, j’en profite pour saluer la liberté et la souplesse dont ils ont su faire preuve durant mon parcours estudiantin, tout en maintenant une exigence intellectuelle et académique.

La deuxième raison qui m’a poussé à aimer encore plus ce métier, c’est le fait de m’avoir sollicité dès ma deuxième année de thèse, à donner des cours et à diriger des TD en tant que vacataire à l’université Paul Valéry. J’ai eu la chance et l’opportunité d’enseigner à des étudiants de différents niveaux (L1 et L3) des thématiques telles que: management, GRH, gestion d’entreprise, développement social,… De plus, venant des 4 coins du monde, ce qui m’a toujours permis d’avoir une certaine « diversité culturelle ». L’enseignement avant tout c’est un devoir. Et mon envie de persévérer dans ce domaine ainsi que dans celui de la recherche grandit aussi grâce aux efforts et aux témoignages de mes étudiants qui se sont engagés pour assurer l’efficacité au travail et une meilleure QVT.

Quels sont les événements qui ont changé votre vie

« La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur, chacun en détient la clé » Jacques Salomé.
A vrai dire, plusieurs événements bons et mauvais m’ont permis d’évoluer au niveau professionnel, personnel et spirituel, à savoir:

– Mon nouveau départ en France a chamboulé ma vie dans le bon sens ;
– Les relations que j’ai nouée avec des personnes extraordinaires m’ont beaucoup aidée à surmonter le mal du pays et ma séparation avec mes très chers parents ;
– Ma réussite en tant que jeune docteure ;
– Ma participation en tant qu’intervenante dans une émission radio « qu’est ce que tu as dans ta thèse »;
– Depuis mon jeune âge, le bénévolat et la vie associative m’ont beaucoup appris dans la vie ;
– L’amour inconditionnel ;
– Le décès de mon cher oncle le Dr Noureddine HARRAMI qu’Hachem veille sur son âme.

Quels sont vos projets à venir ?

Mes projets à venir

– Continuer à évoluer au niveau personnel ;
– Ouvrir un cabinet de consulting et de formation au Maroc, visant à étudier les thématiques telles que la RSE, les RPS et le leadership ;
– Publier plusieurs articles scientifiques en restant dans le milieu universitaire et de la recherche ;
– Publier mon roman autobiographique dans un futur proche, qui s’intitule « Une fille dans un sac ».

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

 

« Rien n’est absolu, tout est changement, tout est mouvement, tout est révolution, tout s’envole et s’en va » Frida Kahlo

L’être humain est d’une nature très complexe et chaque personne est unique en son genre.

Continuez à vous battre pour vos droits, ayez confiance en vous, apprenez de vos erreurs et échecs pour atteindre vos buts et rêves, et gardez toujours la tête haute et ne montrez jamais vos faiblesses.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

La situation de la femme au Maroc se positionne comme un nouvel acteur doté d’un projet politique et social cohérent et ambitieux, à savoir celui de rétablir le droit des femmes (Inégalité dans l’héritage, discrimination sociale et pression familiale, etc) et leur dignité. Je suis fière de l’évolution de la femme marocaine contrairement aux générations précédentes, et pour preuve la nomination de 7 femmes ministres aux commandes par sa majesté le Roi Mohammed VI.

Ce changement va certainement renforcer l’orientation du Royaume visant à assurer l’équité et la parité dans les postes de décision.

Votre avis sur le site ?

Une belle initiative permettant de promouvoir et de mettre la femme marocaine en avant.

Dernier mot ?

Je souhaite partager avec vous quelques lignes pour terminer cette interview, en remerciant bien évidemment Mr Aziz HARCHA de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer.
« Eve, CLÉOPÂTRE ET APHRODITE : la combinaison de trois femmes fortes, belles et qui représentent la base de toutes les interactions de l’infini. »

« L’obscurité, la solitude et le sang du seigneur sont la représentation de mon existence, celle de la fleur bleue du désert ».

Je conclue avec cette belle citation:
« Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier. » William Shakespeare

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Octobre 2021

Bouton retour en haut de la page