Niama Mesmouki

Entrepreneure et consultante en Brand Marketing et Ebusiness

Partager l'article

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Bonjour, je suis Niama Mesmouki, maman de 2 enfants, entrepreneure et consultante en Brand Marketing et Ebusiness

 

– Racontez-nous un peu votre parcours

Mon aventure entrepreneuriale a commencé en 2012 pendant que j’étais étudiante à l’université. J’avais lancé une petite affaire de produits de beauté et de santé que je commercialisais via le réseau social Facebook. Et ensuite, j’avais découvert, grâce à la remarque de nombreuses personnes, des commerçants que je connaissais et des amis, que j’avais une belle plume et que je rédigeais de belles descriptions pour mes produits, et donc ils venaient vers moi pour leur créer des pages Facebook pour leurs produits et leur créer du contenu. Et c’est comme ça que j’ai découvert l’univers passionnant du marketing digital. J’ai fait par la suite une formation en marketing et j’ai commencé à proposer mes services de social media marketing pendant que je continuais toujours mes études en cycle de licence en Economie et Gestion à l’université.

Cette découverte du monde des affaires a été vraiment un déclic pour moi, j’avais compris très tôt que le salariat n’était pas la seule option qu’on avait une fois on est diplômée. J’ai commencé à assister à des conférences de développement personnel, à lire des livres autours de l’entrepreneuriat et de l’indépendance financière et j’ai donc pris la décision d’entreprendre d’où le choix de mes études supérieures en cycle de master en Entrepreneuriat et Management des Organisations.

Entre temps, j’avais commencé à donner des cours de “vente via les réseaux sociaux” à de petits groupes de vendeurs ou de commerçants entre 2014 et 2015, ce qui m’a ouvert la porte du premier grand projet que j’ai eu la chance de manager, c’était un centre de formation et de coaching pour vendeurs dans lesquels on a réussi à former environ 30 000 vendeurs.

Tout ça était toujours en mode auto-entrepreneur ou intrapreneur parce que je n’étais toujours pas convaincue que j’étais assez armée, vu mon jeune âge, pour pouvoir lancer une entreprise en bonne et dû forme. J’ai quand même été associée à un cabinet de conseil en management et marketing à travers lequel je donnais du conseil et des prestations de service en marketing digital. J’ai décidé de sortir véritablement du monde du salariat dans lequel j’ai beaucoup appris, surtout chez mon dernier employeur, une multinationale technologique, qui m’a permis de développer mes compétences, mes softskills, de faire du networking, de comprendre les mécanismes de l’entreprise etc, donc j’ai décidé de quitter en 2019 pour me consacrer en plein temps à l’entrepreneuriat en créant Alphaboost une agence de marketing digital et de ebusiness.

Et puis le confinement m’a donné l’opportunité de découvrir un autre monde, celui des soins naturels. J’avais suivi une formation en ligne en naturopathie pour prendre soin de moi et de ma famille et donc j’ai eu l’idée de créer la marque Guyveline, une marque de produits cosmétiques naturels que je viens de lancer il y a quelques semaines après des mois de travail.

– Comment est née cette passion pour le business ?

Pour moi, c’est plus une passion pour l’entrepreneuriat ou pour la création. Ce qui me passionne vraiment ce n’est pas de faire des affaires, de gagner beaucoup d’argent etc mais c’est beaucoup plus le fait de créer, de concevoir un projet à partir d’une idée simple ou complexe et de le concrétiser pour le voir grandir.

L’argent c’est important, c’est primordial, c’est ce qui nous anime en partie, mais le vrai moteur pour moi, la vrai passion, c’est le challenge, c’est le plaisir de créer, de donner naissance à une idée, de gérer un projet et le voir réussir.

Et ça pour moi ça peut-être fait à titre personnel, indépendamment d’une organisation ou une entreprise, comme ça peut-être réalisé dans le cadre d’une entreprise dans laquelle on travaille. Et c’est pour cela que je parle beaucoup de l’intrapreneuriat, un concept qui commence à émerger dans les entreprises marocaines et qui consiste à créer son propre projet en tant qu’intra-preneur au sein de l’entreprise dans laquelle on travaille.

– Quels sont vos projets à venir ?

D’abord mon projet principal est de voir grandir mes deux enfants, de les voir grandir bien. Et puis de développer Guyveline et Alphaboost qui ont une vision internationale.

Mon objectif à travers Guyveline est de faire profiter le maximum de marocaines et de marocains de produits de beauté entièrement naturels pour les aider à prendre soin d’eux. Je suis complètement convaincue que le fait de prendre soin de soi est une composante essentielle de l’estime de soi et de l’amour de soi qui sont importants pour s’épanouir et pour réussir dans la vie, à condition que ce soit fait par des produits efficaces et qui ne causent aucun effet secondaire. La mission de Guyveline est de rechercher, de concevoir les meilleures solutions naturelles de beauté, basées sur une véritable science, et de les fabriquer dans les règles les plus strictes d’hygiène et de qualité.

Ensuite notre mission, mes associés et moi, à travers Alphaboost, c’est d’aider le maximum d’entreprises, surtout les petites et moyennes entreprises, à se développer, à grandir, à élargir leurs parts de marché grâce à des solutions digitales performantes et grâce à des stratégies marketing et communication qui puisent leurs ressources dans les dernières avancées des sciences humaines. Parce que je crois que le marketing n’est pas de prétendre mais d’analyser, de comprendre les vrais besoins du marché et de concevoir de vraies solutions, produits ou services, pour y répondre, au bon moment et au bon endroit.

Ce sont donc mes 3 principaux projets pour les prochains mois et les prochaines années.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Croyez en vous, foncez! Si vous avez des projets qui vous tiennent à cœur, lancez-vous. Débarrassez-vous de vos croyances limitantes, de vos peurs, des stéréotypes. Ne vous laissez pas arrêter par les peurs, les croyances, les limites d’une autre personne. Parce que souvent nous sommes bloquées à cause d’une idée, d’une croyance, d’une peur, qui n’est généralement pas la nôtre mais qui est le résultat de notre confrontation avec des personnes qui nous tirent vers le bas. Donc croyez en vous, soyez conscientes de vos talents, de votre force intérieure et de vos capacités et foncez.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Je pense que la femme marocaine a aujourd’hui tous les atouts pour réussir. Nous sommes intelligentes, nous sommes fortes, nous sommes soutenues par notre pays, notre gouvernement et notre roi. Le Maroc a toujours été le premier pays arabe à croire en la femme, à la soutenir à la pousser vers l’avant.

La seule pièce qui manque ce sont les croyances. Malheureusement, notre société est toujours prise au piège des croyances limitantes et limitatives qui freinent les femmes dans de nombreux domaines. “Vous ne pouvez pas faire ce métier car c’est pour les hommes’’, ‘’vous ne pouvez pas réussir car vous êtes une femmes’’, ‘’les femmes sont faites pour la cuisine’’… Tout ça ce rien que de FAUSSE croyances et nous avons vu aujourd’hui des preuves: des femmes qui réussissent dans tous les domaines, dans tous les secteurs d’activité. Pourquoi? Parce qu’elles ont tout simplement cru en elles et ont travaillé dur.

Votre avis sur le site ?

C’est un concept que j’ai vraiment apprécié. Nous avons besoin en tant que femmes marocaines de ce genre de concept. D’abord pour soutenir les femmes qui osent et puis pour sensibiliser et motiver celles qui n’ont peut-être pas encore osé.

Dernier mot ?

Mon dernier mot est pour cette femme qui nous lit aujourd’hui et qui se pose encore des questions: Sachez que vous êtes magnifique, vous êtes forte, vous avez du talent. Osez sortir de votre zone de confort, osez rayonner!

Merci lamarocaine.com

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juin 2021

Bouton retour en haut de la page