Nadia Lazrak

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Je suis Nadia Lazrak , et j’entreprends dans le secteur de l’assurance à la fois en conseil , distribution et en gestion, à travers le cabinet de courtage digital Assur’wi.

Le groupe GeoAgility que j’ai fondé en 2010 propose aussi des services d’écoute psychologique (Psyphone) et du conseil juridique (Houkouki) .

Ces services sont tous digitalisés et valorisent les produits d’assurance que nous proposons à nos clients à travers Digiassur.

 

Racontez-nous un peu votre parcours

J’ai eu une maitrise en biologie qui me prédestinait plus à une carrière dans l’industrie pharmaceutique ou cosmétique, mais le hasard a fait que j’ai rejoint ma mère en 93 dans une société de courtage d’assurance qu’elle a elle-même développé en partant d’un petite structure dans les années 70 pour en faire quelques années plus tard un leader du courtage d’assurance au Maroc.

 

Comment est née cette passion pour le business ?

C’est à ma mère que je dois, notamment, la passion pour l’assurance et l’entreprenariat !

Je suis très fière d’elle, elle est ma source d’inspiration. Ma mère est une battante, une femme d’une grande valeur humaine et d’une compétence hors pair qui a su se faire un nom dans un environnement très austère, fermé et plutôt masculin.

 

Pourquoi spécialement les assurances

On dit qu’on arrive à l’assurance par hasard et qu’on y reste par vocation.

C’est assez vrai , dans la mesure où dès que vous y mettez un pied, les défis sont tellement grands que vous ne pouvez qu’engager l’autre !

L’assurance est un secteur stratégique et sa particularité réside dans le fait qu’il est indispensable au développement économique et social puisqu’il le finance, tout en dépendant de lui.

Pour moi l’assurance est l’art de la solidarité. C’est le moyen le plus noble de surmonter les aléas de la vie, les injustices aussi.

L’assurance préserve la dignité des personnes qui pourraient, suite à un préjudice, constituer une charge pour la société.

L’assurance préserve la bonne marche de l’entreprise par la protection de son capital humain, de ses moyens de production, de son exploitation, et de ses responsabilités.

L’assurance préserve les bonnes relations entre clients et fournisseurs, entre voisins, …

L’assurance facilite l’octroi de crédits indispensables au développement économique et social,

L’assurance participe à rétablir une certaine équité sociale, etc..

Vous l’aurez compris, l’assurance constitue un « bien social » !

Malheureusement elle n’est pas encore perçue comme telle et même si la dépense en assurance par habitant au Maroc a été multipliée par 10 en 30 ans, elle reste très limitée en raison notamment du faible niveau à la fois de l’offre et de la demande.

C’est là un grand challenge à relever et c’est ce qui nous motive, avec l’ensemble de mon équipe, à nous battre tous les jours pour contribuer à la sensibilisation de nos concitoyens et leur faire découvrir une nouvelle forme de solidarité qui leur garantit le maintien de leur niveau de vie et par là même une plus grande liberté dans leurs actions.

Jusqu’ici les marocains ont plus fait appel à la solidarité familiale en cas de préjudice mais celle-ci devient de plus en plus compliquée à se mettre en œuvre dans un système capitaliste qui génère plus d’individualisme.

L’autre grand défi pour nous est celui de changer l’image de l’assurance pour la rendre plus accessible et plus simple , et rétablir une relation de confiance entre l’assureur et le client, en amenant chacun d’eux à respecter ses engagements contractuels.

Je pense que le digital est une opportunité qui sert justement la sensibilisation à l’assurance tout en offrant plus de proximité et de transparence avec le client.

La proximité est un atout majeur dans la relation avec le client pour mieux le servir et le soulager de toutes les tracasseries liées à l’assurance . Car il est vrai que l’assurance est un sujet anxiogène qui nécessite un accompagnement de qualité et constant.

La transparence, quant à elle, contribue à garantir la confiance.

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

La vie est constamment en mouvement , même si des évènements particuliers bousculent les changements,
Pour ma part, la révolution numérique a beaucoup impacté ma façon d’envisager le métier d’assurance d’autant qu’elle a été concomitante au saut que j’ai fait du groupe familial vers l’entreprenariat.

Quels sont vos projets à venir ?

Respecter notre engagement envers nos clients : qui est celui d’innover constamment pour mieux répondre à leurs exigences , mieux les conseiller et les faire bénéficier de la protection dont ils ont besoin aux conditions les plus avantageuses !

– Renforcer notre responsabilité sociale à travers deux actions :

– Notre engagement envers notre équipe interne, pour son épanouissement et son bien-être. Pour nous la confiance que nous devons établir avec nos clients et nos fournisseurs passe nécessairement par la confiance que nous garantissons à nos salariés. Celle-ci est générée par un management bienveillant qui privilégie plus la solidarité, l’intelligence collective et l’enthousiasme que la compétition et l’individualisme.

– Notre engagement envers les jeunes étudiants à travers le programme Aji tkhdam ;

Nous souhaitons aider les étudiants pour leur ouvrir la voie vers le métier de l’assurance ou tout autre secteur . L’expérience pratique et l’acquisition de compétences techniques et comportementales viennent renforcer leur formation théorique et valoriser leur CV. La formation est gratuite, à distance et diplômante.

Les étudiants gagnent ainsi du temps mais aussi de l’argent puisqu’ils sont rémunérés ce qui leur permet d’être plus autonomes vis-à-vis de leurs parents

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Aimer la liberté , l’indépendance , croire en elles et en leurs propres valeurs .

Pour cela, elles doivent se défaire de leur peur et de l’idée qu’elles sont faibles et vulnérables que la société machiste les a amené à intérioriser .

Et garder espoir et optimisme car le chemin vers le succès dans le business peut être long surtout pour la femme!

 

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Elle est pour le moins difficile !

Le cadre juridique a bien renforcé les droits de la femme au Maroc ; Mais ceci reste assez théorique et les mentalités n’ont pas suivi.

Au travail elle est moins bien rémunérée et considérée que l’homme à compétences équivalentes ou même supérieures,

Dans la rue elle est harcelée ,

A la maison , elle assume toutes les tâches domestiques pour celle qui ne peut pas se permettre de louer une aide, et pour celle qui le peut, l’organisation de ces tâches lui incombe totalement en plus de ses engagements au travail,

L’éducation des enfants, les rapports avec l’école, les professeurs lui incombent la plupart du temps,

La femme marocaine est une « super woman » qui n’en a pas conscience !

Votre avis sur le site ?

Même si je suis pour la mixité dans tous les sujets, j’ai bien aimé le site lamarocaine.ma car je pense justement que la femme a besoin de soutien pour se libérer. Elle a besoin de se tenir informée, de connaître ses droits, de voir des exemples de réussite de femmes, etc.. autant de sujets dans lesquels elle pourra puiser son inspiration et son courage pour passer à l’action ou pour continuer son action !

Il faut que les femmes soient plus solidaires entre elles, qu’elles se stimulent mutuellement en vue de leur émancipation.

Votre site est intéressant car les sujets qui y sont traités ne sont pas liés seulement à la beauté de la femme et à la mode, domaines dans lesquels le machisme aime les cantonner pour en faire des femme-objets.

La femme marocaine est certes coquette, mais elle a aussi des capacités intellectuelles qui font qu’elle s’intéresse à d’autres domaines hautement plus valorisants pour elle et pour la société !

Dernier mot ?

Chapeau bas aux femmes de mon pays ! et bon courage pour le combat vers la liberté qu’elles doivent continuer à mener sur tous les fronts car si un changement doit arriver dans notre société c’est bien par elles étant donné leur rôle dans l’éducation de leurs enfants qui feront le Maroc de demain.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Avril 2021

 

Bouton retour en haut de la page