Mina HANAFI

Partager l'article

Bonjour Mina, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Je m’appelle Mina Hanafi j’ai 41, un enfant de 10ans je suis rentrée au Maroc il y a maintenant 15ans, je suis consultante spécialisée en gastronomie évènementielle, et depuis deux ans Ambassadrice Maroc et porte parole Afrique et UAE de l’organisation mondiale de la gastronomie, chevalier de la confrérie des métiers royales de bouche et prochainement Disciple d’Escoffier.

Racontez-nous un peu votre parcours

Mon parcours est assez complexe, j’ai toujours aimée toucher à tout, théâtre, quelques rôles dans le cinéma, entre festivals de Cannes, conciergerie de luxe et mannequinat, j’ai un jour trouvée ma voie dans l’hôtellerie restauration et ce fut véritable coup de foudre. Aujourd’hui je suis consultante spécialisée en gastronomie événementielle à l’internationale, formations, booking d’experts, événements sur mesure, création de concept, RP, branding voila mes domaines d’intervention.

 

Comment est née cette passion pour la Gastronomie ?

Ma passion à été transmise par mon père adoptif, un homme qui m’a appris l’amour du partage , nos repas familiaux étaient très sacrés, j’ai eu la chance paracerque mes parents voyageaient beaucoup, de me découvrir un palais très jeune, je suis une amoureuse inconditionnelle de la cuisine Italienne, j’ai aussi beaucoup d’affection pour la cuisine Française, mes parents adoptifs étant originaires du nord et du sud, j’avais une maman qui cuisinait et recevait beaucoup, du coup je ne pouvais que tomber dans la marmite étant petite.

 

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Mes moments clés. Un souvenir en particulier, de deux restaurants m’auront marques à jamais, à Venise quand j’avais 8ans, ou j’ai découvert les pâtes aux palourdes flambées au cognac, c’était mémorable. Et ma rencontre avec la cuisine de Alain Ducasse quand j’avais 15ans à la Bastide de Moustier, j’ai su à ce moment là que je voulais devenir chef. Ma rencontre avec la famille Senoussi, du groupe Maadospitality, travailler à leur côté fut une expérience très enrichissante , Villa Soraya fut une seconde maison pour moi et j’y ai découvert une famille de cœur.

Ma rencontre avec le Président fondateur de l’OMG Laurent Truyen comte de la fenouillime et Carole Lebagousse DG de l’OMG , ma nomination fut un très beau cadeau et je ne remercierai jamais assez un ami intime de longue date Nicolas Leseur un chef de génie pour avoir miser sur moi. Aujourd’hui je fais partie des membres fondateurs de cette belle institution qui fait la promotion des arts du luxe et de la gastronomie à travers le Monde.

Quand Hicham Lahlou grand et talentueux désigner à dit oui pour être parrain de mon projet, la cerise sur le gâteau fut Dominique Creen chef étoilé donc je suis absolument fan à acceptée également, j’étais aux anges. Ma parution dans l’ouvrage de Abdelhak Najib le temps des femmes libres qui rend hommage à plus de 150 femmes de différents horizons, des femmes qui s’illustrent par leurs parcours et leur impact au sein de la société, ce fut une fierté.

Ma rencontre également avec les Escoffiers Maroc, d’avoir été présente lors de l’intronisation du bureau au Maroc était émouvant, je remercie grandement mon ami Lahcen Hafid Président des Escoffiers Maroc pour sa confiance.

 

Quels sont vos projets à venir ?

J’en ai tellement que je me demande si j’ai assez de temps pour tout réaliser. Destination un projet pour le Maroc pour aider à la valorisation de notre patrimoine culturelle et gastronomique, avec pour but de monter une école pour Les enfants défavorisés et les former aux métiers de l’hôtellerie restauration.

Les confidences de chefs, capsules culinaires que l’on va lancer bientôt également pour promouvoir les visages Marocains que l’on ne connaît pas forcément et ceux que l’on connaît déjà localement et à l’international.

Deux livres en cours de réflexion, une collaboration avec une amie d’enfance Anne Lucie Calcet Jeudi de Grissac, talentueuse personne et surtout dessinatrice ( un conte de fée autour de la gastronomie) et un autre qui est pour le moment confidentiel. Phoenix que je lance très bientôt autour de dîners éphémères, je n’en dis pas plus à découvrir très bientôt. Et paracerque je ne lâche jamais rien, un projet d’épicerie fine qui englobera des marques avec lequel j’ai de belles relations, l’expertise est essentielle dans notre métier, beaucoup on du mal à le comprendre, et j’espère proposer quelque chose de différent.

 

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Mon conseil est de ne jamais rien lâcher et surtout ne jamais abandonner. N’écouter que son intuition, personne d’autre que vous n’a la réponse et surtout personne n’imagine les choses à votre place. Après plusieurs échecs j’ai compris que je ne pouvais en vouloir qu’à moi même, on apprends de ses erreurs, mais il faut surtout surtout ne jamais baisser les bras.

À toutes celles qui sont décourages la force est en vous !!!

 

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Je trouve que la femme Marocaine est devenue plus présente dans le paysage Marocain et je suis très fière de voir ces femmes accomplir, pousser des portes et avancer pour un Maroc différent, casser les codes mais avec beaucoup de bienveillance.

 

Votre avis sur le site ?

J’ai toujours aimée ce site, la Marocaine et je trouve super de faire une interview 13ans après . Il faut mettre en avant toutes ces femmes Marocaines pleines d’énergie, elles le méritent toutes. Et vous le faites très bien.

 

Dernier mot ?

Il y a quelque-chose dans la persévérance qui fini par forcer le destin

 

Entretien réalisé  par Aziz HARCHA
Avril 2021

Bouton retour en haut de la page