Meriem OUDADE

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Tout d’abord, je dirai que je suis une femme. J’adore l’idée d’être une femme avec toutes les qualités et tous les défauts que le dictionnaire Larousse donne à ce mot « femme », et à côté de ça, j’aime à me penser comme une princesse bantoue, qui crée son univers, qui n’attend pas qu’on le lui tende dans un plateau d’argent, mais j’aime créer mon monde. Je suis une femme, une personne qui a de la sensibilité et qui a beaucoup de choses à dire.

Quant à mon profil professionnel, je suis marketeur, activiste, professeure de l’enseignement supérieur et en parallèle je gère un cabinet de Consulting en marketing et communication digitale

Racontez-nous un peu votre parcours

J’ai un parcours atypique, après l’obtention d’un baccalauréat en sciences physiques et chimiques, j’ai intégré la faculté d’économie pour avoir une licence en sciences de gestion, après j’ai eu mon master en marketing et management commercial à l’université Mohamed 5 et ensuite j’ai eu la chance d’intégrer l’école international de marketing de luxe à paris pour étudier un M2 en marketing de luxe et mode.

Et votre vie professionnelle  ?

Si je parle de ma vie professionnelle je vais dire que je suis très fière de pouvoir avoir l’opportunité de faire des recherches et d’apprendre, d’agir sur des idées et de créer des choses.

Au fond, je suis une innovatrice, j’aime créer, rêver et construire. Je vois le monde différemment, et c’est pourquoi j’ai de l’espoir dans ma génération. À mesure que les femmes de la génération Z grandissent, nous avons de l’espoir. C’est important et je suis très fière

Quels sont vos projets à venir ?

Je viens de lancer une plateforme qui s’appelle The Marketland, c’est une initiative d’éducation qui rassemble professeurs, étudiants et des passionnés par le marketing.

Mon objectif principal est d’accompagner les étudiants du marketing de leur scolarité jusqu’au premier emploi

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Il faut qu’on arrête d’attendre qu’on nous donne le feu vert. Personne ne nous le donnera.

Les femmes de mon âge doivent arrêter d’attendre que la solution à leurs problèmes arrive de quelqu’un d’autre parce que personne ne viendra régler nos problèmes à notre place. Il est temps de prendre notre destin en main.

Beaucoup le font déjà. Il y a plus d’entreprises gérées par des femmes, d’initiatives créées par des femmes. Continuons à nous auto-émanciper..

Votre avis sur le site ?

Un portail diversifié partageant des histoires percutantes, captivantes et invitant d’autres femmes à briller, je vous remercie infiniment pour cette initiative qui donne la parole à nos excellentes femmes Marocaines

Dernier mot ?

« Quand on veut on peut », cette phrase m’a toujours inspirée, il faut se donner les moyens de réussir.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Novembre 2021

Bouton retour en haut de la page