Laïla Slassi

Partager l'article

Laïla Slassi est née à Rabat en 1984. Elle a eu son baccalauréat au lycée Descartes et entame des études de droit à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et l’Université Paris II Panthéon Assas, obtient son master en Fiscalité de l’Entreprise et son Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat à Paris avant de rejoindre le Barreau de Paris.

Elle travaille au sein du cabinet Mayer Brown à Paris puis retourne au Maroc en 2014 pour fonder Afrique Advisors, cabinet de conseil juridique et stratégique qui opère en Afrique, en Europe, et en Amérique du Nord à partir de Casablanca.

Elle est lauréate du concours de plaidoirie Lysias Paris et finaliste du concours d’éloquence de la conférence Lysias.
En 2018 et en 2019, Afrique Advisors remporte le prix du « Meilleur cabinet Maroc » décerné par le magazine Leaders League.

Laila Slassi s’intéresse de près à la situation de la femme. En 2018, elle devient Co-fondatrice du mouvement et collectif #Masaktach, un collectif de femmes et d’hommes qui dénoncent les violences et abus contre les femmes ainsi que la légitimation de la culture du viol au Maroc.

Nommée administratrice de l’association de l’éducation pour l’emploi EFE Maroc, Laila Slassi se préoccupe aussi pour l’emploi des jeunes. Elle est membre du conseil d’administration de Outlierz Ventures, un fonds d’investissement destiné aux startups technologiques africaines.

Laila Slassi est aussi membre fondateur de l’Association Droits & Affaires, ainsi que co-fondatrice de l’Association des Juristes d’Affaires Marocains, elle cherche à développer un réseau entre avocats, juristes d’entreprise, enseignants et étudiants marocains, évoluant dans le domaine du droit des affaires, et essaie de structurer cette communauté afin de lui donner plus de visibilité, et de la placer au centre du développement du pays.

Laila Slassi est membre du conseil de l’administration du think tank Tafra. Tafra œuvre pour l’implication des citoyens dans les affaires publiques, par le biais d’une interprétation démocratique de la Constitution, de l’accessibilité des informations parlementaires et juridiques et de l’analyse des enjeux institutionnels et politiques10.

Voir Aussi
Fermer