Laila Benhalima

Partager l'article
– Pouvez-vous vous présenter ?

Laila Benhalima, femme marocaine tout simplement !
Je possède plusieurs casquettes, que je décline en permanence.
Celle de la fille de mes parents, et cela implique une présence et un don de soit qui est un réel plaisir.
Celle de la maman, et cela est tout bonheur.
Celle de pharmacienne depuis 30 ans, et cela implique un humanisme, une rigueur irréprochable.
Celle d’artiste peintre. C’est une partie de moi qui m’est vitale.
Celle d’acteur social qui donne un plaisir incommensurable.
Et enfin celle de coach, praticien PNL qui est me permet de me comprendre et comprendre les autres.
Bref… un être qui essaye d’utiliser son temps comme il peut !

– Votre parcours artistique et votre vie professionnelle

Autodidacte, j’ai en 1992, pris quelques cours académiques et pris très vite mon envole en travaillant régulièrement et en m’exerçant via de nombreuses revues d’art.
Pour me pousser à m’améliorer j’ai participé à des concours internationaux et en gagnant quelques prix, j’ai gagné en confiance et me suis lancée pour exposer au Maroc dés que l’occasion s’est présentée.
En jonglant entre le coaching, le social et la peinture j’ai trouvé un grand plaisir à partager ma passion avec les petits et les grands via des ateliers d’art thérapie à thème. Pratiqués au Maroc ou à l’étranger, j’ai toujours été heureuse des jeunes et moins jeunes découvrir un monde qui leur offrait de nombreuses possibilités.
J’ai également participé à plusieurs symposium qui m’ont permis de rencontrer des artistes du monde, chargés de leur patrimoine culturel et leur différence qui est d’une richesse inestimable.
J’ai travaillé sur plusieurs thèmes dont libération féminine, introspections et actuellement sur l’inconscient.

– Comment est née votre passion ?

Au détour de la galerie le Manoir à Rabat, qui se situait prés de mon domicile. Je me faufilais parmi les grands et ouvrais mes yeux devant le génie des créateurs.

– Que pensez-vous du secteur de l’art au Maroc ?

Le secteur de l’art marocain est un secteur très riche par la créativité des grands artistes marocains et des artistes émergeant marocains.  Il y a un grand travail à réaliser pour promouvoir ce secteur dans le monde, les particularités de l’art marocain sont multiples et uniques. Un effort particulier devrait être fait pour soutenir les artistes émergeants qui ont beaucoup de difficultés à se frayer un chemin pour leur parcours artistique.

– Quels sont vos projets à venir ?

Mon projet sur l’inconscient, intitulé de « l’étrange à l’extraordinaire » est toujours en cours de développement. Mon exposition à la galerie Mine d’Art à Casablanca, dévoile une partie du début de mon travail et son cheminement. Cette exposition durera du 6 au 30 mars.
Ce projet est riche de surprises et m’ouvre un monde qui me surprend et me fait avancer dans ma propre réflexion existentielle et spirituelle.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je pense que pour réussir, il faut avoir des objectifs clairs et des missions bien définies. Il faut aussi se donner les moyens, et agir par petit pas. Ne jamais se décourager et toujours travailler sur son projet. Voilà la clef du succès.

– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc

La situation de la femme au Maroc s’est beaucoup améliorée et il reste beaucoup de chemin à parcourir car les mentalités évoluent doucement.
Notre mission en tant que mères est d’éduquer nos enfants avec des valeurs universelles, de travailler sur l’approche genre, nous impliquer dans le monde politique, investir dans l’éducation et trouver notre équilibre entre toutes ces valeurs tout en en gardant notre authenticité.

– Votre avis sur le site ?

Excellent site !

– Dernier mot

Merci de vous intéresser à nous les femmes, et donner une fenêtre aux artistes pour s’exprimer.

 

Interview réalisé par Aziz HARCHA

 

Voir Aussi
Fermer