Khadija Arib

Partager l'article

Khadija Arib est née en 1960 au Maroc. À l’âge de 15 ans, elle arrive aux Pays-Bas pour rejoindre son père dans le cadre de la politique menée par l’État néerlandais permettant la réunification des familles immigrées.

Elle s’inscrit à l’Académie sociale de l’université d’Amsterdam, où elle obtient une maîtrise en sociologie. Elle travaille à Bréda et Utrecht, puis à l’Institut pour les études sociales et économiques de l’université de Rotterdam. Elle revient par la suite dans la capitale en tant que chercheuse dans le domaine de la santé.

En 1998, Khadija Arib fait ses premiers pas en politique sous la bannière du Parti travailliste2. À l’issue des élections législatives la même année, elle est élue parlementaire et se concentre essentiellement sur les sujets de santé publique et ayant trait aux enfants.

Perdant son siège en 2006, elle rejoint le Conseil consultatif des droits de l’homme marocain et travaille sur le renforcement des relations entre ses deux pays. Le 1er mars 2007, elle revient à la Chambre grâce à l’intégration de ministres et secrétaires d’État travaillistes au cabinet Balkenende IV et la libération de leurs sièges à la Chambre, permettant aux personnes situées plus haut sur la liste travailliste élue en 2006 de devenir parlementaires.

Le 12 décembre 2015, à la suite de la démission de la présidente Anouchka van Miltenburg, elle assure l’intérim de la direction des travaux parlementaires, du fait de son poste de première vice-présidente et est formellement élue à ce poste le 13 janvier 2016 par 83 voix sur 134, bien que l’assemblée soit dominée par les libéraux. Le chef politique du Parti pour la liberté, Geert Wilders, condamne cette élection, reprochant à Arib de détenir une double nationalité. Elle conserve le poste après les élections de 2017.

Bouton retour en haut de la page