Imane BENJELLOUN

Manager des admissions

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Imane BENJELLOUN, née le 02 septembre 1975 à Fès. J’ai 5 sœurs, je suis maman de trois enfants ; une fille de 13 ans et deux garçons de 17 et 8 ans. J’adore les études, je suis optimiste, courageuse, ambitieuse et déterminée à réaliser mon rêve.

J’écris des histoires qui relèvent de la réalité et des contes pour enfants en plus de poèmes. Je fais beaucoup de recherches sur des thématiques qui m’intéressent comme la psychologie, l’astrologie et l’innovation.

J’aime cuisiner, écouter de la bonne musique (exemple : le jazz) et regarder de bons films.
Ma famille et mon travail sont mes priorités absolues. J’essaie de préserver un équilibre entre les deux.

J’aime aider les autres. D’ailleurs, j’ai souvent participé à des actions associatives et fait partie de cercles de qualité durant mon parcours académique et à ce jour.

 

Racontez-nous un peu votre parcours :

Depuis mon jeune âge, j’ai toujours obtenu les meilleurs résultats scolaires et je voulais devenir médecin pour aider les autres à guérir et à dépasser leurs difficultés.

Cela vient de ma nature, car j’aime aider tout le monde. Je n’ai pas pu réussir au concours d’accès à la faculté de médecine et j’ai essayé la voie de la faculté des sciences qui finalement n’était pas adaptée à mes aspirations. Ensuite et par absence et manque d’orientation, j’ai opté pour des études à l’ISIT de Tanger (classée 1ère au concours d’accès) en administration et gestion des entreprises touristiques et hôtelières où j’ai continué à avoir de bons résultats et j’ai obtenu mon Bachelor.

Ce n’était pas vraiment ce que je voulais faire. J’ai tout de même travaillé trois années auprès d’établissements hôteliers et agence de voyages de renoms, j’ai même essayé de créer ma propre agence de voyages (projet qui n’a pas abouti). Puis, j’ai intégré le secteur de l’enseignement après avoir eu mon premier enfant et j’ai occupé des postes de responsabilité et de direction de divers départements auprès de divers groupes de l’enseignement privé professionnel et supérieur.

Actuellement, je travaille depuis 11 ans à ESCA Ecole de Management en tant que manager des admissions (formation initiale et exécutive). Aujourd’hui, je suis en charge des admissions Afrique ce qui va me permettre d’exercer ma passion à une échelle continentale et d’aider les jeunes bacheliers et étudiants subsahariens à accompagner les entreprises dans leurs pays et d’innover et d’entreprendre.

D’ailleurs, j’ai décidé de poursuivre mes études pour obtenir mon master en marketing et communication Grenoble Ecole de Mangement à ESCA en 2017 avec une mention très bien et un grade Major des majors.

 

Pourquoi le secteur de l’enseignement ?

Ma passion par le monde de l’éducation m’a poussé à changer ma carrière du domaine du tourisme et de l’hôtellerie à celle de l’enseignement où j’ai passé plus de 20 ans de mon parcours professionnel.

J’ai fini par comprendre qu’il ne fallait pas être médecin pour aider les autres ni une hôtelière ou agent de voyages et qu’il y avait d’autres pistes pour y parvenir. Je n’ai pas trouvé mieux qu’une belle carrière dans le secteur de l’enseignement qui me permettra d’assurer une meilleure orientation des bacheliers/étudiants pour réussir au niveau de leur vie professionnelle et assurer un bel avenir.

Avant tout, le Bon Dieu a toujours affecté à la connaissance la plus grande valeur et nous en avons toutes les preuves nécessaires dans le Saint Coran.

J’adore la citation de Nelson Mandela : « L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le Monde ». J’y adhère et j’y crois profondément.

Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai choisi ce noble secteur.

 

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

Moi-même et mon mari avions l’ambition de créer notre projet innovant qui pouvait apporter une véritable valeur ajoutée au niveau social et économique mais nous avons tout laissé tomber pour prendre soin de notre enfant. En effet à la suite d’une erreur médicale, mon aîné a été diagnostiqué comme souffrant d’une infirmité motrice cérébrale (IMC).

Nous avons tapé toutes les portes et avons consulté beaucoup de médecins mais le résultat est que sa maladie était incurable et qu’il ne pourra jamais avoir une vie normale comme les autres enfants.

Nous avons tenté les gardes à domicile surtout que nous avions nos missions professionnelles à gérer mais ce n’était pas la bonne décision à prendre.

Nous avons cherché des écoles ou centres adaptés où nous l’avons inscrit mais ce n’était pas l’environnement ni les conditions nécessaires et finalement mon mari a démissionné puis a créé une petite entreprise qu’il a également laissé tomber pour se dédier à notre enfant et a pu réaliser un miracle grâce au Bon Dieu et à beaucoup d’efforts en accompagnement médical et psychologique et notre fils est passé su stade IMC au stade de « Retard psychomoteur d’origine inconnu ».

Depuis quelques années, notre fils a pu commencer à marcher et a développé quelques aptitudes ….

 

Quels sont vos projets à venir ?

Je rêve de créer un centre spécialisé, à Casablanca puis dans d’autres villes du Maroc, qui sera dédié aux enfants à besoins spécifiques du type Retard psychomoteur – IMC.

L’objectif est d’apporter à ces enfants le bonheur et l’accompagnement nécessaire et d’améliorer leur qualité de vie et de les faire sortir de leur monde de solitude et de silence. Aussi, apporter à leurs parents le soutien dont ils ont besoin pour les soulager et leur donner la possibilité d’être actifs et de servir l’économie de leur pays.

Ces enfants ont le droit d’apprendre, de jouer et de vivre en société dans les meilleures conditions possibles dans des locaux agréables et adaptés au degré de leur « handicap », avec une pédagogie adaptée avec équipes académiques qualifiées (jeu, dessin, musique, digital, …) et un accompagnement médical et psychologique.

La contribution de la société est prévue via des partenariats avec les écoles supérieures et l’implication des Bureaux des étudiants sous formes d’actions de volontariat ….

Je vais m’arrêter là sinon je n’en finirai pas.

 

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

• Ayez confiance en vous-même et aimez-vous ;
• Croyez en votre instinct ;
• Soyez positives ;
• Demandez conseil auprès de ceux qui vous aiment et aux experts ;
• Donnez-vous les moyens pour réussir : De bonnes études / du talent / une profession / accompagnement pour l’entrepreneuriat, ….
• Faites de vos maris votre allié, votre 2ème moitié ;
• Entourez-vous de personnes positives ;
• Croyez en la force de l’équipe ;
• Osez !
• Ne baissez pas les bras, persévérez et vous allez réussir.

 

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Malgré l’amélioration de la situation de la femme au Maroc, le taux de sa participation au marché de travail avoisine 25%. Il serait donc l’un des niveaux les plus bas mondialement en comparaison aux pays à faible revenu.

En Asie, le taux d’activité des femmes est de 40% en moyenne, aux pays d’Amérique latine et d’Afrique subsaharienne, il est d’environ 55%. Il est à noter que les pays occidentaux affichent des taux d’activité des femmes supérieurs à 70%.

Ainsi, nous devons tous jouer notre rôle à travers l’éducation au sein de nos familles et la sensibilisation de notre communauté via toutes les parties prenantes de notre société afin de changer cette situation en opportunités et augmenter ce taux d’activité afin de servir l’économie de notre pays.

 

Votre avis sur le site ?

D’abord, je suis ravie de connaître un grand homme tel que Monsieur Aziz HARCHA qui a créé ce site dédié à la femme marocaine où nous avons des exemples de réussite à suivre. Nous avons également des modèles de parcours inspirants pour les futurs lauréats et cela me donne des idées ….

Merci Monsieur Harcha, vous nous honorez !

 

Dernier mot ?

« Derrière la réussite d’un homme, il y a toujours une femme » et je dirai « Derrière la réussite d’une femme, il y a toujours un homme ».

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Mai 2021

Bouton retour en haut de la page