Hind Benkirane

Professeure et consultante en ingénierie de formation.

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Je suis Hind Benkirane, Professeure de marketing, responsable cycle et responsable relations entreprises dans une école supérieure spécialisée en gestion. Parallèlement à cela, je suis consultante en ingénierie de formation.

Racontez-nous un peu votre parcours

Après un baccalauréat scientifique en sciences expérimentales, j’ai décidé de poursuivre des études supérieures en sciences économiques à l’Université Hassan II car j’avais toujours un double penchant pour la médecine et la gestion. En effet, j’ai tout le temps considéré mon père comme un exemple de culture générale et un intellect par excellence. Ma complicité avec lui et notre échange sur toutes les questions qui touchent le monde actuel a fortement influencé mon orientation scolaire. C’est ainsi qu’après l’obtention d’une licence appliquée en commerce international, j’ai eu un DESS en études euro-méditerranéennes et un « Master in european studies » de l’Université Catholique de Louvain La Neuve en Belgique sur la base d’une bourse de mérite octroyée par l’Université Hassan II.

Comme toute marocaine ambitieuse, je considérais que le savoir n’avait pas de limite mais qu’il fallait le concilier avec une expérience professionnelle probante. C’est dans ce sens où j’avais décidé de rejoindre médecins sans frontières, section Belgique car j’estime que chaque enfant a le droit de bénéficier d’un système de santé équitable partout dans le monde.

De retour au Maroc, j’ai postulé pour l’agence américaine pour le développement international (USAID) car ma 1ère expérience chez médecins sans frontières m’a donné un avant-goût pour l’engagement associatif. J’étais au départ responsable logistique et par la suite, formatrice pour encourager l’employabilité et/ou l’esprit entrepreneurial des plus jeunes aux personnes adultes.

Actuellement, je suis professeur de marketing depuis 13 ans déjà au sein d’une école supérieure et j’aide aussi les jeunes à mieux se valoriser au niveau académique et professionnel afin qu’ils décrochent leurs postes de rêve.

C’est un pari qui est certes difficile mais c’est une si grande satisfaction que de voir les étudiants grandir (dans le sens propre et figuré). Parallèlement à cela, je réalise des ingénieries de formation pour certaines structures et je peux vous dire que j’ai eu de la chance de bénéficier d’une formation de formateurs de qualité à plusieurs reprises et auprès d’organismes connus et reconnus comme l’USAID ou la GIZ.

Comment est née cette passion pour l’enseignement ?

Le 1er déclic est quand j’étais étudiante, j’avais mon professeure d’économie monétaire qui dans un amphi bondée d’étudiants, m’avait demandé de préparer un exposé sur l’inflation. Selon elle, je l’avais tellement bien présenté qu’elle m’avait vraiment encouragé de faire une carrière en enseignement

Aussi et après trois années exceptionnelles que j’avais passées auprès d’une équipe généreuse et composée de toutes les nationalités à l’USAID, j’ai découvert que je suis réellement passionnée par le partage du savoir, l’écoute et l’échange fructueux à travers les formations que je prodiguais. C’est à ce moment-là que j’avais vu une annonce où on cherchait à recruter un professeur et responsable cycle dans une école supérieure.

L’idée d’enseigner a alors germé dans ma tête puisque mon expérience de formatrice m’a beaucoup aidée dans mon choix et c’était un franc succès.

Quels sont vos projets à venir ?

Parallèlement à ma vie professionnelle, je prépare un doctorat en marketing au sein de l’Université Hassan II où je compte évoluer pour décrocher le poste d’enseignante à la faculté.

J’ai aussi un projet professionnel avec mon mari auquel on réfléchit depuis des années mais je préfère ne pas le dévoiler jusqu’à ce que mes conditions me le permettent.

Quels sont les événements qui ont changé votre vie :

Il y a pas mal d’évènements qui ont marqué ma vie : mon voyage en Belgique pour faire mon Master, mon invitation à l’époque par l’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne à Bruxelles pour une proposition de stage, le jour de mon mariage et la naissance de mes deux enfants qui ont illuminé ma vie.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je répondrai en disant les 3 T : Témérité, ténacité et tolérance et j’ajouterai les 2 P de passion et patience. Mais développer la confiance en soi en traçant des objectifs SMART sans faire marche arrière quelque soit les obstacles est pour moi le plus grand secret de la réussite.

La vie n’est certes pas parsemée tout le temps de fleurs mais aimer ce qu’on fait et croire à ce qu’on va réaliser tout en acceptant l’autre, peut certainement aider la femme à évoluer dans la société de façon générale et la femme marocaine tout particulièrement.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Nous l’avons toujours entendu depuis notre enfance que la femme, c’est la maman, c’est la sœur ou la fille. C’est elle qui éduque les générations montantes et c’est à elle qu’incombe la responsabilité du suivi de ses enfants, l’accomplissement des tâches ménagères…

N’est-il pas temps de revoir la condition féminine et de bafouer ces stéréotypes ?

En effet, tout le monde connaît la condition féminine déplorable au Maroc et le sexisme dont elle souffre au boulot, au sein de la famille et de la société en général. Heureusement que nous assistons de plus en plus à une régularisation de sa situation à travers le droit marocain ou via les associations mais le pari est encore loin d’être réussi. Nous avons encore des années devant nous pour enfin espérer une pseudo égalité des chances entre l’homme et la femme.

Votre avis sur le site ?

Je trouve que c’est une très bonne idée que de valoriser la femme marocaine et de rendre à César ce qu’il lui appartient.

Je pense que la femme mérite toute notre attention et en parcourant le site www.lamarocaine.com qui est conçu par un homme conscient de toutes ces valeurs, l’initiative ne peut qu’être très encourageante et prometteuse.

Dernier mot ?

Je souhaite plein de succès à ce beau projet et à toutes les personnes qui soutiennent la cause féminine.

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Décembre 2021

Quitter la version mobile