Hasna Ait Ben Larbi

Ingénieur informaticienne-géomaticienne

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Hasna Ait Ben Larbi, 29 ans, de nationalité marocaine, née à Er-rachidia, ou j’ai efféctué mes études primaires et secondaires et même universitaires. Actuellement, j’occupe le poste d’ingénieur informaticienne-géomaticienne au sein d’un établissement privée à Rabat.


– Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.

Vu que je descends d’une famille, pour qui, les études sont très importantes pour l’accomplissement de soi d’abord, et puis pour s’épanouir dans sa vie professionnelle, et malgré que je n’ai pas eu la chance d’intégrer une école après avoir eu mon baccalauréat, j’ai décidé de suive le chemin des études académiques et de l’accomplir jusqu’au bout. Pour cette raison, j’ai intégré la faculté des sciences et techniques d’Er-rachidia ou j’ai eu ma maitrise en Informatique, Option Génie logiciel.

Après avoir passé plusieurs entretiens dans le but de suivre mes études en troisième cycle, j’ai fini par choisir de m’inscrire à un DESS au niveau de la faculté Ibn Tofail située à Kénitra.

Mon choix était basé sur le fait que cet UFR intitulé sous : ‘‘Ingénierie et Gestion des Ressources en Eau, Option : Hydro-Informatique’’, me permettras d’acquérir de nouvelles connaissances dans le domaine de l’eau, qui, actuellement, attire plus d’attention au niveau national et international. En plus, j’ai aperçue que ma formation en informatique, me suffit largement pour intégrer le domaine de la modélisation, que ça soit hydrologique ou hydrogéologique.

Au cours de cette formation, j’étais fasciné par un module intitulé : Système d’information géographique (SIG). Vu que ce dernier est basé sur l’informatique et applicable à divers domaines, bien évidemment à celui de l’eau, j’ai pris ma décision de faire de mon mieux pour le maitriser, et c’étais le cas. La preuve c’est que juste après mes deux ans de formation, j’ai préoccupé le poste d’Ingénieur Informaticienne-Géomaticienne au sein d’un établissement privé. J’ai même pu programmer un nouvel outil et l’intégrer dans le logiciel des SIG, qui est ‘ArcGis’. Cet outil permet la génération automatique des cartes de la vulnérabilité des nappes d’eau souterraine, et qui était déjà le sujet de ma mémoire de fin d’études en DESS.

Et voila, actuellement, je préoccupe le même poste dans un autre établissement privé, toujours dans le domaine de l’eau. Exactement, dans l’alimentation en eau potable (AEP).

Remarque : je peux du jour au lendemain changer de spécialité. Tout simplement, par ce que je suis avec la multi-discipline. Etre figée, toute ma vie professionnelle et même privée, dans le même cadre n’est pas mon truc.

– Quels sont vos projets d’avenir ?

Chaque jour apporte son lot d’idées. Mais, l’idée permanente dans mon cerveau est d’avoir un projet propre à moi, et pas forcement dans le domaine de l’informatique ou de l’eau, ça peut être, par exemple, dans le domaine du décor et de la peinture, que j’exerce en tant que loisir.

Pourquoi pas ?

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Dans une seule phrase : Par volonté, on peut tout affronter que ça soit femme ou homme. Car pour moi, ils sont égaux.

– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Grace à Sa Majesté le Roi Mohamed VI, la situation da la femme marocaine, en générale, s’est améliorée et s’améliore encore de plus en plus. Sauf que, je souhaite mettre un peu plus de lumière sur la femme rurale.

– Votre avis sur lemondefeminin.com ?

Je tiens à remercier tout le staff de la marocaine.com pour l’effort remarquable qu’il fait dans le but de promouvoir l’image moderne de la femme marocaine.


– Dernier mot

La femme est la moitié de la société.


Par : Aziz HARCHA

Laisser un commentaire