Femmes enceintes, votre nutrition est importante

Partager l'article

Femmes enceintes, votre nutrition est importante

En effet, avec une alimentation équilibrée, avant de tomber enceinte et pendant la grossesse, vous aurez la certitude de recevoir les éléments nutritifs adéquats pour accompagner une grossesse en pleine santé.

Une alimentation saine peut réduire le risque de contracter des pathologies qui peuvent affecter la grossesse, par exemple, une tension artérielle élevée, le diabète ou l’obésité.

Le moment où vous commencez à planifier une grossesse est l’occasion rêvée de réfléchir à la manière d’optimiser votre santé grâce à des choix alimentaires judicieux et à une activité physique régulière. C’est également le bon moment pour commencer à prendre un supplément multi vitaminique. Discutez avec votre médecin du choix du bon supplément multi vitaminique prénatal pour vous.

Il est important de consommer des aliments nutritifs avant de tomber enceinte, car une bonne nutrition contribue au développement de votre bébé au cours du premier trimestre (trois mois), lorsque ses poumons, son cœur, son cerveau et d’autres organes importants se développent.

Votre bébé et vous tirerez de nombreux bienfaits d’une bonne nutrition tout au long de votre grossesse; en outre, une bonne nutrition procurera des avantages à long terme à votre enfant lorsqu’il grandira.

En effet, S’il est redondant de rappeler que la santé et la bonne hygiène sont le plus souvent dans nos assiettes, il serait bon à savoir que c’est surtout le cas pour la femme enceinte.

Décidément, les futures mamans cèdent aisément à de foudroyantes envies irrépressibles durant la grossesse. Cependant, le bébé ne doit assurément pas subir tous les excès. Les kilos pris pendant ces neuf mois peuvent mettre en péril la santé de la mère ainsi que de son petit. En effet, surveiller l’alimentation pendant la grossesse est alors chose primordiale. Prendre contact avec un médecin généraliste aide les deux êtres à se nourrir sainement et surtout à éviter les aliments déconseillés. Évidemment, être enceinte, ce n’est pas une maladie, mais tout de même, cela entraîne de nombreuses précautions médicales à cause des modifications de l’organisme. Les besoins nutritionnels deviennent alors accrus et un régime s’impose. Toutefois, un régime, cela ne s’improvise pas mais se décide avec son médecin, ce dernier le choisira selon l’état de santé de la femme enceinte.

Aussi, la première habitude à prendre est-elle d’adopter un rythme alimentaire très régulier: l’idéal est de faire chaque jour trois repas égaux sur le plan énergétique, plus deux collations légères. Il est également important de toujours respecter l’équilibre alimentaire en insistant sur les apports en glucides, en fer et en calcium.

Pour ce qui est des suppléments nutritionnels, faire le plein en vitamines D, C, A, ou en fer, cela ne fera que le plus grand bien aux deux êtres. Toutefois, il n’est pas souhaitable de tomber dans les excès et l’avis du médecin ne peut être que sain. Il faudra noter que certaines polyvitamines sont à prendre avec modération. Mais attention, les aliments naturels sont prioritaires, car qui dit  supplément nutritionnel dit nutrition additionnelle et complémentaire. Autrement dit, si la femme enceinte se nourrit bien, les suppléments sont facultatifs, voire superflus.

D’un autre côté, les besoins nutritionnels pendant la grossesse sont, évidemment, plus importants et d’autant plus indispensables qu’il faut éviter les carences. «Ne pas manger comme quatre, mais manger quatre fois mieux», telle est l’adage qui conviendrait le mieux à cette catégorie de mamans. Néanmoins, quelques habitudes doivent se transformer en réflexes. Effectivement, il sera essentiel de résonner en termes de ?coût énergétique?. Ce dernier, en période de grossesse, correspond à un supplément de 150 kilocalories par jour pendant le 1er trimestre, de 350 kcals lors des 2e et 3e trimestres. Bien sûr, tout dépend de la corpulence de la future maman, de son niveau d’activité pendant la grossesse et d’autres facteurs individuels.

En outre, si la ration énergétique est inférieure à 1500 kcal par jour pendant la seconde moitié de la grossesse, il peut y avoir des répercussions sur la croissance du fœtus. Heureusement, les femmes qui ont une alimentation convenable pendant leur grossesse n’ont pas à envisager des suppléments énergétiques.

Pour ce qui est de la viande, il en faut, certes, un maximum pour fabriquer du muscle. Car les apports conseillés en protéines sont de 70 g par jour chez la femme enceinte. Les apports alimentaires les dépassent largement, sauf chez des femmes appartenant à des groupes à risque » à l’instar des végétariennes et femmes issues de milieux défavorisés

Quant aux lipides (beurre, huile…) ils sont tout au moins importants. Certainement, ces derniers contribuent grandement aux apports énergétiques. Il faudra donc veiller à leur contenu en acides gras essentiels, indispensables au nouveau-né de manière générale, et à un bon développement des tissus nerveux en particulier. De même, les besoins en calcium ne sont pas à minimiser. Le corps de la future maman en nécessite environ 1000 mg par jour.

En plus de la minéralisation osseuse chez le bébé, la consommation de calcium protège la femme enceinte du risque d’hypertension artérielle et de ses graves complications, les crises d’éclampsie. Il enrichit également le lait maternel à venir. Il aurait même un rôle dans la prévention du risque de dépression

Finalement, pour les mamans qui ont constamment envie de sucre, quelques vérités semblent être bonnes à asséner. En effet, le métabolisme des glucides est profondément modifié pendant la grossesse, et le glucose est très important pour les tissus fœtaux. Il faut privilégier les sucres lents (féculents par exemple) et bien répartir les glucides au cours des repas de la journée. Le petit déjeuner notamment doit comporter des glucides lents: les risques d’hypoglycémie sont très importants après le jeûne nocturne. Ceci dit, un petit déjeuner glucidique doit apporter de 40 à 50 grammes de glucides lents, ce qui représente l’équivalent de 80 grammes de pain ou 6 biscottes ou encore 60 grammes de céréales.

Vitamines indispensables

Les besoins en vitamines sont tous accrus pendant la grossesse. Les besoins en vitamines A (produits laitiers), C (persil, épinard, fraise, …) et B (fruits de mers, poisson, jaune d’œuf, etc.) sont facilement couverts par une alimentation suffisamment diversifiée. En revanche, la couverture des besoins en acide folique (vitamine B9) pose un problème, beaucoup de femmes montrant un taux bas dès le début de la grossesse. La carence en acide folique augmente le risque de prématurité et de retard de croissance fœtale.

Elle peut entraîner de graves malformations affectant le système nerveux chez certaines femmes prédisposées. On conseille à toutes les femmes d’augmenter les apports alimentaires en acide folique, et de prendre des compléments alimentaires dès le projet de grossesse (au moins deux mois avant la conception) et durant tout le premier trimestre.

En définitive, il faudra éviter de manger trop de frites et boissons gazeuses, de mettre une croix sur la restauration rapide et surtout il est grand temps pour les fumeuses d’arrêter de s’empoisonner.

 

Bouton retour en haut de la page