Fatma MINT ELKORY

Partager l'article

 

Présidente de l’ONG NTIC ET CITOYENNETE



– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?
Je m’appelle Fatma MINT ELKORY, documentaliste de formation et militante des droits humains. Je m’active dans plusieurs réseaux nationaux, régionaux et internationaux et préside une ong dénommée « NTIC & CITOYENNETE » qui œuvre pour l’égalité d’accès aux TIC et qui gère le site web « Maurifemme » sur /et pour la femme mauritanienne dans sa diversité. Je suis mariée et mère de 3 enfants.

– Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.
Alors, mon parcours a été marqué par la découverte, en juillet 1999 de l’internet. En effet, au sortir d’un stage dans le cadre de la formation continue qu’assure l’Université de Nouakchott pour son personnel, j’ai littéralement attrapé le virus de cette technologie. Elle a été pour moi une révélation dans laquelle j’allais trouvé le moyen de communication qui me convenait parfaitement. Un outil qui allait me permettre de me connecter au monde extérieur sans avoir a quitter mon lieu de travail, ma famille et même mon pays. Un outil qui allait me permettre de créer, de m’exprimer, de découvrir, de m’informer, de connaitre, de m’auto-former, etc..

E t delà, mon univers tout entier allait se transformer et de nouvelles perspectives s’ouvrir à moi. Avec la création du site web « Maurifemme » que j’ai initié, le monde associatif allait s’ouvrir à moi et j’allais pouvoir faire connaitre les femmes mauritaniennes dans leurs différences, leurs cultures, leurs activités, etc… de même j’allais contribuer à leur tailler une place sur la toile mondiale en tant qu’actrices de la société de l’information. J’allais personnellement, apprendre, contribuer, partager, découvrir, échanger, voyager…(plus de 31 rencontres internationales, …plus de 3 continents et 17 pays visités,…). Acquisition d’une certaine expertise en terme de lobbying, de partenariat, de concertation, de modération/animation, de formation, etc..

– Quels sont vos projets d’avenir ?
Sur le plan associatif, trouver le financement d’un projet qui me tient à cœur en tant que présidente de l’ong « Ntic et citoyenneté », pour mettre en place « WomenHouse » pour le renforcement des capacités des femmes, leur accès aux multimédias, à la documentation et aux outils d’information, sensibilisation dont elles ont besoin pour mieux s’autonomiser et pour mieux défendre leurs droits. Et sur le plan personnel, trouver une opportunité de continuer, à distance, mes études notamment un master en « Genre, en TIC ou les deux à la fois !


– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?
Se respecter d’abord et avoir confiance en elles, en tant que femmes. Assumer leur rôle de partenaire et de mère. Leurs foyers et leurs enfants sont leur assurance (maladie et vieillesse) et les générations de demain ! Qu’elles sachent, qu’on ne récolte que ce qu’on a semé !


– Que pensez-vous de la situation de la femme eu Mauritanie ?
Une situation de départ très avantageuse par rapport au reste du monde arabo-musulman. Maintenant il faut qu’elles préservent leurs acquis et aspirer à plus encore notamment à la parité femmes/hommes car elles constituent quand même plus de 52% de la population et il n’est pas logique que la société mauritanienne continue d’évoluer sans plus de sa moitié ! L’égalité est aujourd’hui un impératif de développement qui, par ailleurs, n’affecte en rien nos valeurs culturelles mais participe à leur épanouissement.

– Votre avis sur lamarocaine.com ?
Lamarocaine est un site très élégant qui donne une image de la richesse et de la diversité culturelle du marocain qui n’a d’égale que la beauté des marocaines. C’est le genre de sites qui favorise la découverte de l’autre, sa compréhension et du coup la tolérance et le dialogue. La femme marocaine a une très belle visibilité à travers ce site.

– Dernier mot,
La participation des femmes doit être l’œuvre de tous, hommes et femmes. Dans nos pays arabo-musulmans en particulier, les femmes et les hommes doivent travailler en partenariat et non en duel. Un développement durable ne peut s’envisager sans l’implication des femmes et aucune Démocratie ne peut se faire sans « Egalité ». Les violences contre les femmes sont des réactions qui doivent être traitées comme des « crimes » mais surtout comme des « maladies psychologiques » et par conséquent « soignées ». A ce siècle, c’est le loup qui peut encore être méchant/violent mais pas l’Homme et être civilisé, c’est d’abord savoir se contrôler.

Par : Aziz HARCHA

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page