Fatine CHAHIR

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Bonjour, Fatine CHAHIR, âgée de 25 ans, je suis actuellement doctorante en Francophonie, professeur des écoles, ainsi que coach en communication et en développement personnel.

Je me définis aujourd’hui comme féministe modérée, volontaire et bénévole très sensible aux causes des migrants en difficultés.

Racontez-nous un peu votre parcours

Mon bac en poche, j’ai opté pour un parcours littéraire.

J’ai commencé mon cursus universitaire avec un DEUG en communication, et une licence en études Françaises option Enseignement.

La Communication et l’Enseignement : Mes deux plus grandes passions.

En parallèle, j’ai diversifié mes formations continues et j’ai occupé pas mal de postes au Maroc et à l’étranger pour mieux explorer le monde éducatif.

J’ai principalement multiplié les formations en coaching pour mieux comprendre l’apprenant, et devenir l’enseignante utile et à l’écoute que j’ai toujours rêvé être.

J’ai eu l’occasion, par la suite, d’avoir un Master en Francophonie Politique Linguistique et éducative.
S’appuyant sur les potentialités déjà existantes dans mon cursus, je me suis intéressée de près à tout ce qui répondait à l’actualité de la mondialisation et aux enjeux nationaux et internationaux, ce qui m’a assuré une formation polyvalente.

Ce choix m’a permis l’élargissement des connaissances sur le monde francophone (histoire, géopolitique, art), la connaissance des subtilités de la langue française et de ses variantes culturelles, la compréhension de l’interculturel, mais surtout l’apprentissage des stratégies innovantes d’enseignement en contexte plurilingue.

Auprès des Global Diplomats, j’ai été nommée déléguée du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, en m’assignant l’Afrique du Sud comme pays d’intérêt pendant deux ans.

Aujourd’hui je suis professeur des écoles dans un groupe scolaire de renom.

Je suis, également, formatrice chargée de l’accompagnement scolaire et professionnel des migrants, dans différentes associations françaises et belges, qui tentent principalement de réussir l’insertion des migrants à travers la Formation.

Pourquoi les migrants ?

A mon avis, le savoir n’est pas censé être un luxe mais une nécessité pour tous, et en particulier pour ceux qui vivent la précarité et le besoin. Cette ouverture pour découvrir, s’intégrer et apprendre est un levier formidable d’évolution.

Les personnes nouvellement arrivées dans un pays, et qui ne maîtrisent pas la langue, ont toujours tendance à mal s’intégrer dans le nouveau pays d’accueil.

C’est pourquoi je me suis engagée auprès des personnes en difficultés, et en particulier les femmes, pour leur permettre d’apprendre une langue et retrouver ainsi la dignité et la confiance en soi.
1 femme migrante sur 2, a subi des discriminations et des violences. Elles sont aussi souvent les plus touchées par la pauvreté et l’analphabétisme.

Face à ces violations et ces inégalités, j’œuvre, à travers différents ateliers, à rendre les migrants plus autonomes dans leurs démarches de la vie quotidienne, à les former ou à leur trouver un emploi en mettant en place un plan d’apprentissage de la langue du pays d’accueil.
C’est généralement aussi l’occasion de créer des échanges entre cultures, de la convivialité et du lien social.

Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ?

Pour être honnête, il y en a plusieurs, mais si je devais n’en retenir qu’un seul je dirais : Un coup de trahison.

Ce dernier a certainement été dur, mais il a alimenté mes motivations et m’a permis de devenir une version déterminée de moi-même. Vivre une telle expérience dans le milieu personnel ou professionnel est difficile, mais cela nous forge et nous renforce.

Heureusement, que j’ai eu la grande chance de faire des rencontres avec des gens bienveillants et formidables, qui m’ont appris de tirer de chaque échec la préparation d’une réussite.

Quels sont vos projets à venir ?

Ma devise est que chaque jour est une opportunité d’avancer vers un but motivant et inspirant, de se dépasser et de devenir une meilleure version de nous-mêmes.
Et il n’y a rien de plus satisfaisant que de se sentir améliorée jour après jour.

Mon objectif à court, à moyen et à long terme est de : PROGRESSER.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Pour tracer vos réussites sereinement, mon conseil sera de se faire confiance, de déterminer les priorités, d’identifier des objectifs, d’être libre de vos décisions et de ne jamais se laisser infléchir par qui que ce soit.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Le monde change et notre pays se développe et s’oriente vers un grand modèle de croissance. Personne ne pourra nier qu’aujourd’hui de plus en plus de femmes décident de lutter contre les discriminations, mais malheureusement c’est un travail colossal que l’on doit mener ensemble pour que la situation de la femme au Maroc s’améliore.
Soyons donc conscients, que nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour assurer un avenir meilleur pour les femmes et les générations futures.

Votre avis sur le site ?

Dédier toute une plateforme pour mettre en valeur la femme marocaine, pour partager ses réflexions et ses retours d’expérience est une initiative très honorable.

Bon courage pour la suite !

Dernier mot ?

Je suis honorée de faire partie des Marocaines actives qui se mobilisent pour l’avenir de leur pays.
Il faut beaucoup de courage pour oser être heureux pleinement et productif. Il est plus facile, mais plus lâche, de se contenter d’un petit bonheur routinier que rien ne vient déranger.

Rebellez-vous Mesdames, ça en vaut la peine !

 

Entretient réalisé par Aziz HARCHA
Septembre 2021

 

Quitter la version mobile