Faiza ALAOUI

Professeure Universitaire

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Faiza ALAOUI, professeur universitaire à l’Université ABDELMALEK ESSAADI, FSJES-Tanger.
Je suis parfaitement marocaine, en effet, originaire du sud, née à Oujda, travaille à Tanger, habite à Rabat, mariée, 2 enfants.

Racontez-nous un peu votre parcours

Après l’obtention d’un baccalauréat à Oujda, j’ai fait un premier cycle supérieur qui s’est soldé par une licence en droit privé, ensuite, suivi d’un master en droit des affaires, enfin, en 2004, j’ai eu un doctorat en droit privé de l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD), après quoi, j’ai intégré l’enseignement à la Faculté de Droit de Tanger, cela fait aujourd’hui, environ 15ans.

Comment est née cette passion pour l’enseignement ?

En toute honnêteté, j’aurais voulu faire autre chose, sachant que je viens d’une famille ou mes deux parents étaient dans l’enseignement.

Cependant, l’enseignement était ma destinée, après quelques temps, et avec de l’expérience, j’avais compris avec beaucoup de conviction qu’on était fait l’un pour l’autre.

En effet, j’avais une appréhension du système éducatif, et je savais aussi, que la tâche allait être difficile, et qu’il fallait donner le meilleur de soi-même. A mon humble avis, l’enseignement est la clé de voûte de tout développement.

Quels sont les évènements qui ont changé votre vie ?

Je dirais que tous les événements que nous vivons changent nos vies, inéluctablement.

Pour ma part, beaucoup d’évènements personnels et professionnels, qu’ils soient heureux ou éprouvants, ont forgé ma personnalité aujourd’hui.

Mais je partagerai cette réflexion avec vous : les évènements les plus durs font grandir les âmes.

Quels sont vos projets à venir ?

J’en ai plusieurs, sur le court terme, c’est de réussir le challenge et d’instaurer une culture entrepreneuriale au sein de l’Université.

Sur le moyen terme : la création d’un « laboratoire des perspectives juridiques en technologie digitale ». En effet, avec le reste de l’équipe pédagogique du master Droit International des Affaires, dont je suis la fondatrice et la coordinatrice, nous nous sommes fixé comme objectif, parmi tant d’autres, l’initiation des profils qui maitrisent le volet juridique du numérique, ainsi que le développement d’un vivier de lauréats formés ayant des compétences dans le domaine des nouvelles technologies.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Toutes les femmes peuvent réussir quel que soit le champ d’action ou l’activité envisagée, quel que soit l’âge ou les moyens existants. Cependant, il existe un maitre mot : la persévérance, je n’ai pas dit la volonté parce qu’elle est l’essence, c’est l’élément intentionnel. Mais la persévérance aide à rendre effectives les réussites.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

La femme marocaine est une fierté à l’intérieur et à l’extérieur du pays, elle est unique parce qu’elle vient d’abord de cette terre, elle est également exceptionnelle de par son histoire et son référentiel. La femme marocaine a fait du chemin mais reste encore beaucoup à faire. En tant que femme marocaine, j’aspire à une coexistence diptyque avec la gente masculine ou les orientations sont intégratives et non préférentielles, et ce, dans plusieurs domaines qui continuent à être l’exclusivité des hommes.

Votre avis sur le site ?

Il est précieux par son concept qui est dédié à la femme marocaine, le site se veut une plateforme ou rayonnent des femmes marocaines uniques, d’ici et d’ailleurs dans des domaines différents. Il s’agit d’une vrai tribune ne serait-ce que pour se faire connaitre et échanger le temps d’une interview.

Dernier mot ?

A l’ère de la médiocratie, nous éprouvons un réel besoin d’un vrai contenu. Merci de continuer à sélectionner les bons profils, (je ne prétends pas en faire partie), mais j’espère que cette plateforme restera dédiée à des femmes qui véhiculent le savoir, l’expérience ou les valeurs quel que soit leur rang social.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juillet 2021

Quitter la version mobile