Couple et argent : évitez le rapport de force

Partager l'article

Couple et argent : Un sujet qui fâche, qui dérange et peux créer des tensions, essayez le plus que possible d’éviter le rapport de force

Le fait que les femmes travaillent s’impose peu à peu comme une évidence. Ce n’est pas encore tout à fait gagné, mais on y arrive. Par contre, que la femme ne soit pas l’égale de l’homme dans le travail (que ce soit au niveau de l’emploi ou du salaire) ne soulève pas vraiment d’objections dans la société, et surtout pas au sein du couple.

Chacun sa place… La réalité est beaucoup plus insidieuse. Une femme veut réussir ? Tous les hommes amoureux (ou presque tous) applaudissent des deux mains. Avoir une femme brillante est quand même plus séduisant que de retrouver tous les soirs la dernière des écervelées, à la conversation plus que limitée. Certes. Mais attention, terrain miné. Sous ces bonnes intentions se cachent quelques limites : la maison, les enfants, l’intendance domestique. Une femme qui réussit aura tous les honneurs. Sous réserve qu’elle assume aussi bien ses autres vies : celles de maîtresse de maison irréprochable, d’amante inventive et de maman dévouée. Le challenge est lancé…

Celles qui arrivent à jouer et à gagner sur tous les tableaux ne sont pas aussi nombreuses qu’on pourrait le penser. C’est alors que naît ce sentiment si pernicieux qu’est la culpabilité. La difficulté des femmes à assumer leur ambition ressort fatalement : « je suis déchirée », « j’essaie d’être aussi bien à la maison qu’au bureau », « j’en fais trop », « je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir tenir à ce rythme »… Quelle femme qui travaille n’a jamais éprouvé ces sentiments ? Il serait peut-être bon de rappeler qu’un couple, ce n’est pas seulement la jonction de deux intérêts, c’est n’est pas « chacun pour soi » avec l’un qui réussit et l’autre qui rate. Les ambitions doivent se vivre à deux et les décisions professionnelles se prendre ensemble. Réussir sa vie professionnelle sans bousiller son couple, c’est encore l’ambition la mieux partagée des femmes. Reste à méditer, entre déjeuners d’affaires, soirées en amoureux et sorties

Renverser les rôles

Mais cette situation parfois inconfortable vire rapidement au cauchemar quand les rôles traditionnels s’inversent, et que c’est la femme qui rapporte le plus gros salaire. C’est sur un tout autre terrain que l’affaire se joue. Dans les esprits, l’homme doit gagner plus d’argent que sa femme pour être un homme, un vrai. On a beau dire et beau faire, l’homme reste le chasseur, celui qui rapporte l’argent pour la soupe, tandis que la femme, même si elle travaille et gagne bien sa vie, aime poser sa tête sur son épaule rassurante. Il en va de son rôle d’homme. Sans cela, c’est l’humiliation car il n’existe plus dans le schéma classique du couple avec le statut qui normalement lui revient de droit. Qui plus est, traditionnellement, la capacité à gagner de l’argent et la virilité sont très liés.

Soit : plus l’homme a un salaire important, plus il est censé « assurer » au lit. La vision qu’il peut avoir de son pouvoir et de sa puissance reste très sexualisée. Quand un homme se retrouve du jour au lendemain sans emploi, et surtout sans revenu, il n’est pas rare qu’à ce moment-là il devienne impuissant, ce qui marque bien la relation qu’il peut faire entre argent et virilité. Mais là encore, tout dépend de la manière dont l’homme conçoit sa masculinité. Il est clair que s’il la définit très fort en fonction de la répartition des rôles traditionnels (l’homme pourvoyant à la nourriture, la femme s’occupant du foyer), il risque fort de se sentir remis en question par le fait que sa femme gagne plus que lui. Et qui dit femme indépendante dit aussi femme qui échappe au contrôle de l’homme. Elle n’a pas besoin de lui pour subsister et peut à tout moment faire ses bagages et claquer la porte. L’argent est un élément majeur de l’équilibre du couple, il est le symbole même du pouvoir.

C’est celui qui le détient qui commande, ou du moins qui a tous les moyens en sa possession pour le faire. Mais bien peu d’hommes se sentent capables d’assumer le fait que leur femme a plus de pouvoir qu’eux, ne serait-ce qu’inconsciemment. À moins de tomber sur un homme extraordinaire.

Témoignages.

«Je suis architecte, associé dans un cabinet qui tourne doucement, du moins suffisamment pour mener une vie confortable. Ma femme travaille dans une agence de communication et gagne très bien sa vie. Nos revenus sont équivalents. Mais elle, elle a son père qui est toujours derrière elle. Envie d’une paire de chaussures à 4.000 DH ? D’un pantalon à 3.000 DH ? Ce n’est pas vers moi qu’elle se tourne mais vers son père, car elle sait que moi je n’en ai pas les moyens. Même chose pour les vacances. Elle ne peut se satisfaire d’une location dans le Nord, il faut qu’on parte à l’autre bout du monde. Alors, qui est-ce qui paye ? C’est papa. C’est très frustrant de ne pas se sentir à la hauteur des attentes de sa femme. En l’épousant, je savais que depuis toute petite elle avait été élevée comme une princesse, que son père en avait largement les moyens. Aujourd’hui, elle ne peut pas se satisfaire de la vie modeste que je lui offre. Elle, elle a trouvé le bon compromis en allant frapper régulièrement à sa porte, mais à chaque fois, ça me rend malade. J’ai l’impression de ne pas assumer mon rôle »

« Le fait que ma femme gagne plus que moi ne me dérange pas du tout. Ce n’est pas un très gros écart de salaire, mais il n’empêche qu’elle gagne quand même plus que moi. La situation ne me perturbe pas outre mesure, au contraire. Au restaurant, il n’est pas rare du tout que ce soit elle qui m’invite. Les serveurs font parfois une drôle de tête quand c’est ma femme qui sort sa carte bleue au moment de payer. Moi, je nous trouve modernes. La situation a aussi quelque chose de rassurant. Je sais que ma femme ne m’aime pas pour mon argent. Elle n’a pas besoin de moi pour vivre. Bien des hommes ne pourraient pas admettre cette situation. Mais je me dis que leurs femmes n’ont pas vraiment le choix, qu’elles dépendent d’eux financièrement, et que même si leur couple ne va pas bien, qu’elles ne rêvent que de les quitter, elles ne le peuvent pas. L’argent les tient puisqu’elles sont matériellement dépendantes. Ce n’est pas le cas de ma femme qui, du jour au lendemain, a la possibilité de faire ses bagages et de faire sa vie ailleurs. Rien ne l’oblige à rester. Alors si elle reste, je sais que c’est pour moi et pas pour autre chose… Surtout pas pour mon argent. »

« Mon mari gagne beaucoup moins que moi. Il est médecin et son cabinet ne marche vraiment pas bien. Cela fait des années que ça dure. Des années que moi, de mon côté, je gravis petit à petit les échelons au sein de mon entreprise, pour finir aujourd’hui par toucher un salaire très confortable. Notre fille est à l’étranger pour ses études. C’est moi qui paye son studio et tous ses frais annexes. Les revenus de mon mari ne le permettent absolument pas. Mais malgré tout, en société et surtout dans sa famille, il est celui qui a réussi puisqu’il est médecin. Moi, je passe au second plan. Je ne suis « que » sa femme, bien que ce soit moi qui fasse bouillir la marmite. Je joue le jeu et passe pour la femme soumise. Notre écart de revenus est un sujet que nous n’abordons jamais, car je sais qu’intérieurement il en souffre beaucoup. Si cela venait à se savoir, il ne s’en remettrait pas. C’est son côté macho… De mon côté, parfois je culpabilise. Je sais que c’est ridicule, mais dans notre société, un homme qui gagne moins que sa femme n’est pas vraiment un homme. »

«J’ai connu mon mari à l’université. J’étais une grosse bosseuse alors que lui avait déjà ce côté « artiste » qui ne l’a jamais quitté. J’ai passé tous mes examens avec succès, pendant que lui doublait ses années malgré toute la bonne volonté que je mettais à l’aider dans ses cours. De retour au Maroc, j’ai tout de suite eu un poste très intéressant. Mon mari refusait de travailler pour un patron. Il a monté des affaires qui se sont toutes cassé la figure les unes après les autres. Pendant que mon mari s’éparpillait dans des projets boiteux, je travaillais sérieusement et consciencieusement. Cela va faire dix ans que nous sommes mariés et rien n’a changé. C’est toujours moi qui assure le gros des dépenses. Au départ, cette situation m’amusait. J’admirais le côté « artiste » de mon mari. Je l’encourageais même. Je trouvais ça bien d’aller au bout de ses rêves. Mais à un certain moment, je crois qu’il faut voir la réalité en face. La vie est aussi faite de contraintes qu’il faut prendre en compte. Au final, je trouve cette situation assez insécurisant. Je sais que je ne peux compter que sur moi-même, et qu’en cas de gros pépin financier, mon mari ne pourra pas assumer. Je ne me vois pas vieillir avec un homme qu’il faudra que je traîne sans arrêt. Dans quelques années, je vais avoir besoin de pouvoir me reposer sur lui. »

 

Bouton retour en haut de la page