Bahija GOUIMI

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Bonjour. Je suis Bahija GOUIMI, mariée et mère de trois enfants, enseignante de formation et je préside l’Association des Malades Atteints de Leucémies A.M.A.L

Racontez-nous un peu votre parcours.

Je suis lauréate de l’ENSET (Ecole Normale Supérieure de l’Enseignement Technique). Je suis Professeur de gestion et de communication aux cycles secondaire qualifiant et supérieur BTS à Marrakech.

Carrière de 27 ans en tant que consultante et formatrice en communication, techniques d’expression, relations professionnelles et développement humain.

En août 2021, j’ai eu le diplôme « Making Magic: Designing & Facilitating Impactful Gatherings » délivré par the International Academy for Leadership (IAF).

En septembre 2021, j’ai eu le diplôme universitaire « Patient Partenaire en Cancérologie » délivré par l’université de médecine Mohamed 6 des Sciences de la santé en partenariat avec l’université Sorbonne Paris.

Je représente depuis 2011 l’Afrique et le Moyen Orient au réseau international CML Advocates Network qui regroupe de organisations de patients atteints de leucémies à travers le monde entier.
Je suis une passionnée d’écriture thérapeutique, j’ai écrit 4 livres (2 en français et 2 en arabe : « des maux pour vivre » en 2008, d’un recueil de poèmes en arabe « Saratan Al Hibr » en 2012, « J’ai peur de guérir » en 2014 et un recueil de poèmes en arabe «Jounoun Al chromosome » en 2020 ). Je suis aussi consultante auprès de grandes multinationales et Conseillère dans le domaine de création d’ONG.

Invitée de plusieurs émissions télé, radio, webinaires et Live et ayant plusieurs articles dans des journaux marocains et étrangers.

J’ai eu l’immense honneur d’être nommée premier prix personnalité civile en 2017 par le ministère chargé des relations avec le parlement et la société civile.

Quels sont les événements qui ont changé votre vie

« Vivre machinalement, sans but précis, est le délit le plus flagrant commis par un grand nombre de personnes dites “normales”. Parfois, nous vivons sans donner ni sens ni goût à notre vie et nous risquons vraiment de passer à côté sans oser la consommer totalement et profondément. L’essentiel, ce n’est pas durer longtemps, mais surtout vivre chaque instant comme si c’était le dernier de nos jours. Il m’a fallu une leucémie pour croire à cette évidence. Il faut parfois qu’on tombe malade pour se redécouvrir et réaliser qu’on est plus courageux et plus utile qu’on ne le croit. Le cancer a été pour moi un déclic qui m’a fait sortir de ma trajectoire, d’une femme timide, à une femme qui ose, qui prend la parole et entame des initiatives. J’admets aussi que le cancer m’a enseigné que la vie est un défi constant et un combat éternel ». Extrait de mon livre « des maux pour vivre.

Depuis mon diagnostic d’un cancer de sang ; d’une leucémie myéloïde chronique (LMC) en 2002, ma vie a pris un nouveau cours, j’ai essayé de vivre pour moi mais aussi pour les autres, de soutenir et d’accompagner des patients et de partager avec eux mon histoire du cancer. Grâce à mon cancer, j’ai aussi appris que chaque personne vit le cancer à sa manière, selon son histoire, son tempérament, son degré de sensibilité, ses croyances et les événements auxquels il a dû faire face sel ou accompagné. Il faut juste lui tendre la main et l’écouter sans préjugés.

La création de l’Association des Malades Atteints de Leucémies AMAL est venue concrétiser cette volonté d’alléger les souffrances, de changer au mieux les choses, de combler le manque d’information, d’orientation, d’améliorer l’accès aux traitements adéquats à tous les patients et de voir une prise en charge meilleure de la leucémie au Maroc à commencer par l’éducation des patients et parents sur les possibilités de traitement et de monitoring, communiquer plus autour de la leucémie pour sensibiliser et mobiliser tous les acteurs à faire du cancer une priorité de santé publique au royaume.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je crois que le conseil le plus important à donner à la femme, c’est qu’elle doit s’aimer, s’accepter telle qu’elle est, se respecter, se valoriser, valoriser ce qu’elle a et surtout apprendre à s’améliorer chaque jour. L’épanouissement profond vient de l’intérieur, où elle peut puiser sa passion, sa motivation et la persévérance qu’il faut pour continuer son accomplissement, Nul ne peut donner à une femme l’estime qu’elle ne croit pas mériter.

Aussi, respecter et tolérer les différences dans sa vie, qui sont souvent sources de richesse est mon dernier conseil à la femme qui veut mener une vie suffisamment remplie.

Quels sont vos projets ?

Au niveau personnel, j’ai à l’horizon, un cinquième livre qui se prépare, un recueil de poèmes en arabe dialectale.

Au niveau associatif, le projet phare de l’association AMAL est en cours de réalisation, il s’agit de la construction d’une maison d’accueil des patients atteints de cancers démunis ainsi que leurs accompagnateurs habitant loin du centre hospitalier pour leur permettre d’être traités dans la dignité. Nous avons aussi un projet innovant intitulé « écoles sans cancer » au profit d’enfants scolarisés pour les sensibiliser à adopter un style de vie sain (nutrition équilibrée, éviter le tabac, faire du sport et protéger l’environnement).

Notre programme « Jeunes contre le cancer » est présent dans les universités et les écoles pour inculquer et renforcer les valeurs du bénévolat chez les jeunes. De grands rêves nous motivent grâce à notre présence à l’échelle nationale et internationale et nous comptons développer dans le futur plus de partenariats pour consolider tous les efforts à aller de l’avant et améliorer la prise en charge de la leucémie au Maroc.

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

Le Maroc a connu une avancée considérable pour les droits de la femme, Mais peu de femmes marocaines compétentes ont pu accéder à des postes de décision et participer à la gestion de la chose publique. Il nous faut de l’égalité et de l’équité du genre dans la société et donner le droit à la femme de parler d’elle même car elle a tout sauf la reconnaissance suffisante qu’elle mérite.

Votre avis sur lamarocane.com ?

Je ne peux que féliciter votre site qui s’intéresse à la situation de la femme pour la valoriser et l’encourager à progresser. Nous avons besoin des médias responsables pour avancer ensemble vers un lendemain meilleur

Dernier mot

Je vous remercie pour l’intérêt que vous avez apporté à mon profil et vous souhaite bonne continuation.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA

Quitter la version mobile