Aziza Laraki

Galeriste

Partager l'article

Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Je suis Aziza Laraki, tangéroise, mariée, deux enfants et galeriste !

Racontez-nous un peu votre parcours

J’ai travaillé pendant plusieurs années dans l’entreprise familiale et également chez Orange après mes études qui m’ont conduite au Lycée Régnault à Tanger puis à l’université de lettres de Montpellier où j’ai réussi un DEUG en Anglais et espagnol puis retour au Maroc à Sup de CO à Marrakech et enfin sur la base des accords passés entre les deux villes, j’ai fait un MBA à Chicago. Munie de ce solide bagage, j’ai pu affronter « la vraie vie » !

Comment est née cette passion pour l’Art ?

Mon père nous a quittés en février 2018 et m’a légué un magnifique espace, grand, lumineux, situé derrière l’artère principale de la ville de Tanger, dont les murs n’attendaient que les œuvres d’artistes marocains ou étrangers !

Ayant baigné depuis mon adolescence dans une atmosphère artistique générée par mes séjours réguliers à Madrid chez mes oncles, l’un peintre reconnu et l’autre antiquaire, l’Art est devenu en toute humilité une seconde nature.

Quels sont les évènements qui ont changé votre vie

Un événement déterminant est sans aucun doute, la mort de mon père et ma capacité à transformer cette étape certes inéluctable et triste en quelque chose de positif et de fort.

J’ai trouvé en moi, la force de faire vivre cet espace tout en rendant hommage à mon père. Au lieu de le louer, je me suis détachée de toute contingence matérielle et cette démarche « a payé ».

Les expositions se sont succédé, les grands peintres marocains tels que Mahi Bine bine, Melhi, Ouazzani ont été accrochés, j’ai fait découvrir d’autres moins ou pas connus, féminins ou masculins et mon prochain projet sera sur l’art conceptuel, balbutiant dans notre pays avec des artistes du Nord, de Casablanca et l’icône Mounir Fatmi.

Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

De l’enthousiasme, de la volonté, la capacité à surmonter les jours de blues inévitables et repartir du bon pied, du travail et encore du travail, savoir s’entourer d’une bonne équipe – comme vous pouvez le constater c’est plus un cocktail qu’un seul élément.

 

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

La situation de la femme au Maroc est tellement contrastée selon son milieu social et/ou son origine géographique.

Elle est, sans conteste, en pleine évolution, en pleine amélioration malgré des zones d’ombre. Qu’à de commun la jeune bourgeoise executive woman de Casablanca ou de Tanger avec la petite jeune fille soumise au mariage coutumier dans le Grand Sud ? Un passeport !

Personnellement, je pense que son émancipation passe par les études et le travail.

Votre avis sur le site ?

Le site est bien construit, il est aisé de s’y déplacer et quel plaisir d’avoir un site rien que pour nous, les femmes marocaines !

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Juin 2021

Bouton retour en haut de la page