Asmaa Boujibar

Première femme marocaine à rejoindre les rangs de la NASA

Partager l'article

Asmaa Boujibar, née en 1984 à Casablanca, est géophysicienne. Elle est la première femme marocaine à intégrer la NASA. Enseignate chercheuse depuis 2021 à Western Washington University, elle est reconnue pour ses travaux de recherche sur la différenciation des planètes.

Asmaa Boujibar a effectué sa scolarité au Maroc et a poursuivi ses études en France. Après l’obtention de son baccalauréat scientifique au lycée Lyautey de Casablanca, en 2004, elle fait une année de biologie et suit des cours d’art plastique et d’architecture. Elle effectue une licence en Sciences de la Terre à l’Université Rennes.

En 2010, elle obtient un master sur Les magmas et les volcans à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Toujours au sein de cette université, elle poursuit ses études et obtient un doctorat en pétrologie en 2014.

En 2014, elle postule à la National Aeronautics and Space Administration (NASA) et est sélectionnée parmi une centaine de candidats en tant que chercheuse post-doctorante, au centre spatial Johnson de Houston au Texas.

Elle devient la première femme marocaine à intégrer la NASA. Elle y étudie notamment les conditions de formation de la planète Mercure. En 2016, elle reçoit un Wissam Al Moukafa Al Wathania de 4eme classe, titre de chevalier, décerné par le roi du Maroc Mohammed VI à l’occasion du 16ème anniversaire de son arrivée au trône6. Cette même année, elle s’engage auprès de la Carnegie Institution of science de Washington en tant que chercheuse et oriente ses recherches sur la formation du noyau de la planète Mars4. En 2017, elle participe à la campagne #DreamBig Princess, campagne photo Disney mettant en avant des femmes inspirantes du monde entier, dont les fonds récoltés sont transmis au programme de la Fondation des Nations unies Girl Up

En 2009, dans le cadre de son Master, elle effectue un stage au laboratoire Géosciences de l’université de La Réunion3 où elle étudie la comparaison des roches « pintade » du Piton des Neiges et du Piton de la Fournaise.

En 2010, à l’université Blaise-Pascal de Clermont Ferrand, elle effectue un stage de recherche au laboratoire magmas et volcans. Son mémoire porte sur l’étude des équilibres physico-chimiques entre manteau et noyau dans le contexte de formation des planètes telluriques. Cette même année, elle effectue un stage de recherche à l’Institute for Study of the Earth’s interior, à Okayama, au Japon8.

En 2014, à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, sa thèse de recherche porte sur l’étude des équilibres chimiques dans le contexte d’accrétion et de différenciation des planètes telluriques.

Désormais maître de conference à Western Washington University, elle est reconnue pour ses travaux de recherche sur la différenciation des planètes.

Elle est notamment reconnue dans le milieu scientifique pour ses découvertes concernant la formation et la composition de la Terre et l’évolution de Mercure et des exoplanètes

Elle est l’auteure de plusieurs articles dans des magazines scientifiques tels que Earth and Planetary Science Letters, Nature Communications et Physics and Chemistry of Minerals.

 

Bouton retour en haut de la page