Touria Chaoui

Partager l'article

Touria Chaoui est l’illustration parfaite du fait que l’émancipation de la femme arabe, musulmane , elle est  la première femme pilote du Maroc et du monde arabe. Elle obtient sa licence de pilotage à l’âge de 16 ans seulement.

Née le 14 décembre 1936 à Fès, Touria suit des études primaires et secondaires jusqu’au brevet. Dès son jeune âge, Touria voue une grande passion pour tout ce qui volait, sensible au moindre bruit d’avion survolant la médina de Fès. Issue d’une famille bourgeoise, elle est l’unique fille d’Abdelouahed Chaoui, homme de théâtre, publicitaire, écrivain et l’un des premiers journalistes francophones au Maroc. Elle sera largement influencée par son éducation et sera passionnée de théâtre, de littérature et de cinéma. Elle jouera, à l’âge de dix ans, un petit rôle (Maria Casarès enfant) dans le film du cinéaste français André Zwobada « la Septième Porte » dans lequel son père donnait la réplique à André Maréchal. Ayant à cœur les ambitions de sa fille, il réussit à l’inscrire à l’école de pilotage de Tit Mellil près de Casablanca alors qu’elle n’avait que 15 ans, non sans difficultés, pour un Maroc toujours sous le joug du protectorat.

En 1952, à 16 ans, Touria devient la première aviatrice marocaine. La nouvelle fait la fierté des Marocains et se propage très vite. Les journaux du monde entier vont s’emparer de son destin hors du commun. Associations féministes, femmes politiques et autres célébrités de l’époque tiennent à la féliciter.

La célèbre pilote d’essai Jacqueline Auriol ira même jusqu’à lui envoyer une photo dédicacée. Elle sera invitée par le Sultan Mohammed V pour la féliciter au Palais royal. Le 16 novembre 1955, jour du retour de l’exil du Sultan Mohammed V.

Quand tous les Marocains étaient sortis dans les rues pour l’accueillir dans une ambiance de fête et de joie, Touria avait une bien meilleure idée. Elle paradait dans le ciel dans son avion monoplace pour saluer le retour du Sultan. Tout en larguant des tracts à la gloire de Mohammed V.

Le 1er mars 1956, alors qu’elle n’avait que 19 ans, elle est assassinée devant chez elle. Le meurtre n’a jamais été élucidé.

Bouton retour en haut de la page