Home / Interviews / Wafae Chadli Britel

Wafae Chadli Britel

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?
Bonjour, je m’appelle Wafae Chadli Britel, je suis psychologue et master-coach en développement personnel, je me suis spécialisée dans la psychologie de la femme depuis près de 12 ans.

– Racontez-nous un peu votre parcours : 
Je suis originaire de Rabat, mais j’ai été élevée en Belgique. J’ai eu une enfance joyeuse et confortable, grâce à mon père. A l’obtention de ma rhétorique, j’ai entamé des études en publicité, mais en parallèle la psychologie m’interpellait également, j’ai pu étudier les deux matières en même temps. A la fin de mes études, j’ai décidé de revenir au Maroc dont je ne connaissais que les vacances familiales.

– Et votre expérience professionnelle ?
J’entame une première carrière en publicité à Casablanca mais très vite je m’installe à Rabat au sein d’un organisme public, au service Rh mais la psychologie m’intéresse plus, je rejoins un cabinet de consultation et de coaching et je reprends mes études pour avoir mon Master en Coaching.  Avec ce cabinet, j’ai appris à consulter et à accompagner les personnes dans leur quotidien, ensuite j’ai commencé à enseigner et à former les gens au bien-être et à l’épanouissement. Aujourd’hui, j’enseigne toujours et je donne des consultations mais je me suis spécialisée dans la psychologie de la femme.

– Vous avez également édité des livres ? 
Oui, suite à plusieurs de mes participants, j’ai écrits deux livres, le 1er s’intitule «  Les Forces du Changement » qui traite de nos pouvoirs intérieurs à pouvoir changer et à passer d’une situation à une autre et le 2nd s’intitule « L’estime de Soi » et qui traite de la valeur que l’on se donne et que l’on donne à l’autre, à son environnement, notre valeur réelle et notre valeur perçue.

– Pourquoi spécialement psycho-coach spécialisée dans le bien être de la femme ? 
La femme est le noyau de notre société, beaucoup de personnes sont liées directement et indirectement à elle. Également, sa vie commence dans la différence au niveau éducation, le langage avec lequel elle est élevée, les valeurs inculquées, la notoriété de toute une famille, de voisin, d’une société. Le rôle de la femme reste le plus fragile et le plus élevé dans notre société. La femme n’a pas droit à l’erreur, c’est plus ambiguë.

– Quels sont généralement les cas que vous rencontrez ? 
Plusieurs cas différents mais je prendrais uniquement le cas des femmes de 65 ans et plus, qui ont été mariée très jeune et pour certaines avant même leur puberté, elles sont des grands-mères perturbées émotionnellement et aussi sur le raisonnement logique. Différents symptômes se déclarent à la mort de leur mari, tel que les troubles de la mémoire, le sommeil, l’angoisse, les crises de panique … Certaines sont soulagées de ne plus devoir s’en occuper et se reconstruisent petit à petit avec l’aide de leurs enfants et petits-enfants (il faut rappeler que les hommes d’une certaines générations étaient très autoritaires et leurs épouses leur devaient la soumission totale), d’autres se sentent perdues, ne sachant pas exactement qui sont-elles, leur personnalité a été développée à travers leur mari, à sa mort elles ont une absence de personnalité, elles ne savent pas ce qu’elles veulent ou ce qu’elles doivent faire car toute leur vie, un autre à penser et décidé pour eux.. c’est insensé mais c’est aussi une réalité cachée de notre environnement sociale, l’état psychologique de nos grands-mères ou arrières grands-mères.

– Quels sont vos projets d’avenir ?
Inchallah, ouvrir un petit centre de psychologie de la femme et y octroyer également des formations pour mieux l’armer contre le stress et les aléas de la vie.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?
S’instruire, se forger une force intérieure, bien se connaître et surtout s’aimer telle quelles. Ne pas culpabiliser d’être née femme mais bien au contraire, en être fière dans le bon sens et dans le respect total de l’homme ; être son complément et non son conquérant.

– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?
Elles a bien évolué depuis l’indépendance et nous pouvons la retrouver dans presque tous les métiers, mais j’accuse encore les publicités marocaines de véhiculer une fausse image de la femme marocaine des années 2000, certaines publicités gardent l’image de la femme idiote et d’autres l’image de la femme sexuelle ; dans les deux cas, il y a peu d’intelligence mis en évidence. C’est dommage.

– Votre avis sur lamarocaine.com ?
J’aime énormément ce site car il respecte cette image moderne de la femme, son intelligence, sa différence et réussi à faire passer dans toutes les rubriques la « touche » marocaine qui fait que la femme marocaine est réellement différente des autres femmes arabes, mais cela est mon point vue.

– Dernier mot
C’est en s’impliquant toutes et tous, femmes et hommes du Maroc que nous donnerons un futur équilibré dans sa société, ses droits et son bonheur.

Interview réalisé par : Aziz HARCHA

About Rédaction

Check Also

zineb lalami

Zineb El Alami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je suis Zineb El Alami, Québéco-Marocaine. …