Home / Interviews / Sophia BISSTOUANE

Sophia BISSTOUANE

Sophia Bbisstouane
Sophia Bbisstouane

Bonjour, Pouvez vous vous présenter?

Bonjour, je m’appelle Sophia BISSTOUANE, j’ai 37 ans, j’ai 2 enfants. Je suis née à Paris et j’y réside actuellement. Je suis espagnole par ma mère et marocaine par mon père. Ma famille est originaire du Sud d’Agadir, de Tagant. J’ai eu la chance de baigner dans un univers riche en métissages.Toujours entre deux cultures différentes, des langues différentes, des religions différentes. J’ai appris la tolérance, le respect et l’amour des autres.


Raconter nous un peu votre parcours

Très tôt, j’ai ressenti le besoin de parler et de faire partager les traditions de mes ancêtres et de transmettre leur savoir et leur savoir-faire à mes enfants d’abord puis à tous ceux que je rencontrai.

Le Maroc est particulièrement riche culturellement et artistiquement. Je pense que lorsque l’on est loin de son pays, on cherche à garder un lien particulier avec celui-ci. Je suis fière du travail des artistes marocains, des artisans, de tous ceux qui part leur coopération réhausse l’image du Maroc et des marocains.

J’ai d’abord étudié le Commerce International puis je me suis dirigée vers la Traduction et l’Interprétariat. J’ai monté plusieurs sociétés avec mon ex-mari et nous avons travaillé ensemble pendant 12 ans. Depuis 3 ans, je travaille à mon compte comme traductrice et interprète. Je suis également conseillère indépendante chez Natura Brasil (une marque de cosmétiques, brésiliennne, leader en Amérique Latine, respectant les valeurs du développement durable).

Quels sont vos projets?

Mon principal projet à l’heure actuelle, est le développement d’une gamme de produits naturels et traditionnels marocains, comme l’eau de rose, l’huile d’argan, le rassoul, le savon beldi etc… conditionnés dans des flacons peints à la main, et mettant à l’honneur l’habileté des artisans marocains, ainsi que quelques produits d’artisanat en relation avec la beauté et le bien-être, le tout respectant les valeurs du commerce équitable et du développement durable, et faisant travailler en priorité des coopératives féminines du Sud Marocain. En tant que femme et mère de famille, je suis très sensible aux conditions de vie de mes semblables. J’espère à moyen terme, pouvoir ouvrir un hamman près de chez moi, en région parisienne où non seulement les rituels du bain mais surtout toute la culture du bain seraient transmis.

Pourquoi ce choix de vivre a l’etranger?

Pour ma part, j’ai vécu en France, en Espagne (Madrid, Asturias, Las Palmas de Gran Canaria) mais je n’ai jamais vécu au Maroc. J’y vais très régulièrement mais je n’y réside pas.

Vu de France, que pensez vous de la situation de la femme Marocaine?

Il m’est impossible de vous donner l’avis d’une marocaine ayant vécu au Maroc et s’étant expatriée. Je me sens proche de leur quête, de leurs attentes et de leurs combats. Je dirai simplement que je suis très fière des marocaines, de leur ambition, de leur persévérance et de leur courage.

Votre avis sur le site www.lamarocaine.com

J’aime l’idée d’un site dédié aux femmes marocaines. Il est important de souligner l’expérience des femmes marocaines en matière d’entreprenariat. Il est bon de montrer leur vécu, pour donner du courage à celles qui veulent se lancer, pour ne pas se sentir seule lorsque l’on est déjà implantée, pour partager, pour s’entraider, pour développer ses capacités, pour montrer que nous aussi nous voulons participer au développement de notre pays. J’aime l’idée d’un site, un espace dédiée à la femme marocaine moderne qui allie la tradition à la modernité qui veut s’émanciper sans perdre son identité.

Un dernier mot

Merci à tous et à toutes pour ce magnifique héritage.


Par : Aziz HARCHA

About Rédaction

Check Also

ilham mirnezami

Ilham Mirnezami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je m’appelle Ilham Echchaddadi Mirnezami. Née …