Home / Interviews / Saloua JANA

Saloua JANA

Pouvez-vous vous présenter SVP ?
Je m’appelle Saloua JANA, je suis née le 03 Janvier 1971 à Lyon en France. Je suis Mère d’une fille. Je suis marocaine d’origine du Moyen Atlas de Timahdite, une ville qui se situe à 30 km au sud de la ville d’Azrou. J’ai évolué dans la culture amazigh. Je suis Plasticienne, Scénographe, et Chef de service au Département de communication au Théâtre National Mohammed V à Rabat
Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.
J’ai passé mon enfance à Marrakech. Mes parents ont vécu 10 ans à en France et au retour au Maroc, J’avais quatre ou cinq ans. Du coup, j’ai fréquenté la mission française maternelle, collège et lycée Victor Hugo à Marrakech, vu que nous avions eu des lacunes de langue. Mais depuis mon petit âge, j’étais passionnée par la peinture et d’ailleurs je rêvais de devenir Léonard de Vinci… ahhaa ! Chimères portées par des projections culturelles que je visionnais au lycée dans le temps.
J’ai décroché mon Baccalauréat en 1992 en section Art Plastique au Lycée Technique Hassan II de Marrakech et je me suis présentée au concours de L’Institut d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle de Rabat, où je fus reçue Major de ma promotion en 1996.
Ma carrière professionnelle a commencé en 1997 à l’Institut Al QUO’DS en tant qu’enseignante d’Arts Plastiques. En 1999, J’ai assuré la décoration du Film intitulé « Du Paradis en Enfer » de Saïd SOUDA à Fès. Parallèlement, j’ai exposé mes peintures à travers le Maroc. C’est en Avril 2000, que ma carrière ait prise une tournure  administrative.
Mes débuts était dans la Cellule de la Presse au Cabinet du Ministère des Eaux et Forêts jusqu’en octobre. Après le remaniement ministériel de l’an 2001, je fus affectée au Secrétariat Permanent de la Conférence Ministérielle des Etats Africains Riverains de l’Océan Atlantique au Ministère des Pêches Maritimes. Ensuite, je fus coordinatrice des Sessions de formation à la Direction des Ressources Humaines où j’ai acquit une expérience en ingénierie de la formation.
Enfin ce n’est qu’en octobre 2008, que je me suis réintégrer au Théâtre National Mohammed
– Comment est née cette passion pour la peinture
Comme je l’ai déjà cité, c’est une passion de mon plus jeune âge, tellement passionnée, je peignais déjà et ma première peinture date des petites classes à l’école, d’ailleurs je rêvais d’en faire un métier, mais il a fallu convaincre mon Père Le Feu Professeur Colonel Major Moha JANA, L’Immortel Scientifique que Dieu repose son âme en paix.
C’est le comité du conseil des parents d’élèves qui ont fait venir mon père pour le convaincre que j’étais douée et qu’il fallait me laisser suivre mon chemin, car j’étais classée première au lycée en Art plastique et mon Professeur Monsieur MITELBERGER me disait tout le temps « Tes parents devraient être fier de toi » et moi « je disais non ! pas du tout mon père veut que je fasse une carrière en Médecine, ainsi ils ont réussi de le convaincre de changer de filière au lieu de faire une branche scientifique où j’avais une très bonne note en science surtout pour les schémas de dissections etc..ET voilà enfin mon rêve commençait à s’accomplir puisque je me suis « réformée » en Art Plastique…ahhhhaaa… terme militaire, influence de mon feu Papa !
– Quels sont vos projets d’avenir ?
Et bien il y en a eu déjà ! J’ai donné naissance à ma progéniture et ce fut pour moi mon premier projet dans ma vie, je me suis complètement investie et je m’investirai jusqu’à ma mort …ahhhaaa…
Une exposition prochainement « Corps en turbulences » ou toute femme se projettera dans l’une de mes œuvres corps exposés ! Ce qui n’exclut pas l’Homme non plus, une collection d’une série liée au corps. Ce n’est pas le nu, la nudité, ni l’érotisme mais, une mise à nu émotionnelle servie par des corps humains, coquilles de nos émotions Il s’agit essentiellement d’un travail unissant le corps et la pensée.
– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?
Le conseil est de transmettre abondamment d’Amour dans ce qu’elles voudraient entreprendre pour réussir.
– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?
Le Maroc est l’un des principaux pays arabes où la condition de la femme s’était améliorée au cours de ces dernières années. La situation des femmes du Maroc autonome est composée par le second volet de cette contribution et comporte dans une lecture assemblant des différentes phases de l’évolution des rôles et statuts des femmes. Une excellente initiative ! Mais il y a encore à faire pour renforcer son statut, en ce qui concerne le développement de la société civile, ratification de conventions internationales par le gouvernement, promulgation du nouveau Code de la famille, etc…)

 

 – Votre avis sur lamarocaine.com ?
Un portail féminin Marocain, commode, pratique avec une mise à jour en permanence. On y trouve un amalgame de rubriques de toutes sortes de catégories socioculturelle, juridique Bien-être, Mode, Santé et Sexologie etc…où l’on se régale d’interviews, de connaissances de valeur de potentialités féminines Marocaines et surtout le Partage,… un mot clé qui nous donne beaucoup…ma foi ! Un vrai régal mental…

 

– Dernier mot
Je vous remercie pour votre attention, surtout pour l’intérêt que vous portez à vos lectrices, ce qui n’exclut pas le lecteur ! Et surtout pour le partage des parcours de la femme plasticienne au Maroc.
Interview réalisé par Aziz HARCHA

About Rédaction

Check Also

ilham mirnezami

Ilham Mirnezami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je m’appelle Ilham Echchaddadi Mirnezami. Née …