Home / Interviews / Salma Mozouna

Salma Mozouna

Salma Mozouna
Salma Mozouna

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Salma Mozouna 30ans, je suis média buyer planner dans une agence média à Casablanca. Je suis maman d’une petite fille de 7 mois, qui depuis sa naissance occupe toutes mes pensées et me comble d’amour.
Ma plus grande passion après ma fille est le sport, et plus précisément le Crossfit car il permet de me dépasser et me challenger à chaque fois, regroupe plusieurs sports en même temps la gymnastique, l’haltérophilie et le running.
Avec mon mari et amis, dès que nous en avons l’occasion, nous faisons des randonnées au Maroc, après le Toubkal, j’ai comme prochain objectif le Kilimandjaro inchalah.

Dans ma vie professionnelle et personnelle chaque jour est une expérience et une occasion d’apprendre quelque chose qui me servira par la suite. Je suis quelqu’un de motivé dynamique et ambitieuse, je cherche toujours à m’améliorer et évoluer.
Dans mon monde, l’échec n’existe, je reste toujours positive même quand je suis découragée par les autres, ma détermination m’a beaucoup servis dans ma vie par le passé.

 

– Racontez nous un peu votre parcours

Après l’obtention du baccalauréat scientifique au lycée moulay abdelah à Casablanca en 2005, j’ai intégré l’école française des affaires (EFA), un établissement ou j’ai appris ce que c’est la vie d’adulte. une micro société à ciel ouvert, grâce à cette école, j’ai vécu mon premier échec, oui je dis bien « grâce à  » et non pas  » à cause de » par ce que cet événement a été un étape importante et qui a fait de moi la personne que je suis aujourdh’ui. En suite, j’ai opté pour un bachelor en management et un master en marketing et communication à l’ESC Toulouse au campus de Casablanca.

– Et votre vie professionnelle.

Après l’obtention de mon diplôme en 2010, j’ai lancé un site de ventre en,ligne, à une époque ou le e-commerce n’était pas très développé au Maroc ce qui m’a demandé un vrai travail de fourmis pour bien ciblées (Le portefeuille de produit n’était pas aussi étoffée à ce moment là )
Cette expérience m’a permis à 22 ans de découvrir une chose : J’aime entreprendre
J’avais donc comme but d’intégrer le monde de la communication, chose pas facile a 22 ans et qu’on a pas de contacts pour intégrer une grande agence de communication.
De ce fait, j’ai mis en place une stratégie pour pouvoir atteindre mon objectif, et c’est ainsi que j’ai débuté dans une radio Marocaine en tant que commerciale pour d’abord connaitre et maîtriser le marché avec ces différents acteurs par la suite, unan plus tard, j’ai eu une proposition que je ne pouvais pas refuser, celle d’intégrer une agence média et de surtout travailler avec une personne qui, j’en étais certaine, allait m’apprendre toute les ficelles du métier.

– Pourquoi la comm ?

Depuis toute petite mon père m’a toujours dit : « ma fille fais de la politique j’en suis sûr tu excelleras dans ce domaine », je suis sûr que vous vous dites mais quel est le rapport avec la communication ?! Il faut être un bon communiquant pour pouvoir faire de la politique, alors non je n’ai jamais voulu faire de la politique mais la com’ oui, j’adorais convaincre et transmettre mon message à travers des mots et dessins.

Pendant toute ma scolarité j’ai animé des débats, organisé des événements et défendu des projets toujours dans le but de convaincre et rassembler du monde. Plusieurs années plus tard j’ai découvert la stratégie en marketing et ça m’a confirmé que j’étais faite pour cela.

 

– Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Ma première difficulté a été de m’affirmer, surtout qu’on me prenne au sérieux, et que mon travail soit pris en considération, le chemin est encore long et difficile mais je tiens bon et je suis convaincu que j’y arriverai.
La seconde difficulté est je pense présente dans tout les secteurs d’activité, c’est la communication, alors oui c’est ironique ! par ce que nous travaillons dans la com’ nous sommes sensé maîtriser parfaitement l’art de la communication, mais l’entreprise est constituée de plusieurs acteurs qui permettent en effet à celle ci d’évoluer, en revanche, si nous manquons de communication entre les individus qui constituent cette entité, cela engendre des difficultés à bien faire son travail.

– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Une femme qui veut réussir doit tout d’abord définir un objectif, s’auto-évaluer pour faire « l’inventaire » de ces compétences et par la suite, monter une stratégie à fin d’atteindre cet objectif.
Alors oui, ça à l’air d’être facile dit comme ça, mais avec de la volonté tout est possible, ne prêtez pas attention à tout ceux qui vous décourageront en vous rappelant que vous être une femme et que de toute les façons votre fonction première est d’avoir et élever ses enfants. Cela peut être un objectif dans une vie, mais pour toutes celles qui veulent plus, qui souhaitent exister à travers autre chose que le statut de maman, je leur dis tenez bon, travaillez plus, aillez confiance en vous, soyez honnête avec les autres mais commencez par l’être avec vous même et vous y arriverez.

– Quels sont vos projets à venir ?

J’ai un objectif dans ma vie, c’est de lancer ma propre boite à 40 ans, pourquoi 40 ans, par ce que j’estime qu’a cet âge la j’aurais acquis suffisamment d’expérience et de connaissance pour pouvoir réussir mon projet, chose que je n’avais pas à 22 ans quand j’ai lancé mon site e-commerce.
Aussi, pouvoir dégager du temps pour des projets associatifs, en créant ou intégrant une association.
Pourquoi ? on dit souvent il faut savoir donner pour pouvoir recevoir.

 

Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

La femme Marocaine a beaucoup évolué au file des décennies, nous sommes passé en un siècle de la maison au monde du travail, ce qui est une révolution mais cela n’est pas suffisant.
Dans le monde du travail quand on est une femme libérée qui a confiance en elle et qui sait ce qu’elle veut et où elle veut aller, on rencontre plusieurs obstacles. Mais le plus gros frein de la femme Marocaine est malheureusement elle même, en effet, les femmes sont dures entre elles et la solidarité est absente, ce qui ralenti l’évolution des femmes en entreprise au Maroc.
Heureusement, il n’y a pas que du négatif, on retrouve de plus en plus de femmes dans des domaines qui étaient autrefois dominés par les hommes, et certains secteurs d’activités « se féminise ».

– Votre avis sur lamarocaine.com ?

Un site riche en information, très complet,et qui englobe tout les volets de la vie d’une femme Marocaine. C’est aussi un site qui me redonne espoir, surtout en lisant toutes ces expériences de femmes qui opèrent dans différents domaines et métiers.

– Dernier mot

Je voudrais vous remercier pour m’avoir donner la parole, ainsi qu’a toutes ces femmes, et ainsi mettre en lumière notre cause et nous faire entendre.

 

Interview réalisé par Aziz HARCHA

About Rédaction

Check Also

ilham mirnezami

Ilham Mirnezami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je m’appelle Ilham Echchaddadi Mirnezami. Née …