Home / Interviews / Najia Abadi

Najia Abadi

Najia Abadi
Najia Abadi

– Bonjour Najia, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Najia Abadi, Styliste, présidente de la Fédération de la couture traditionnelle marocaine, présidente de l’événement Fashion Days Maroc.

 

– Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.

Une fois mon cursus de quatre ans terminé. J’ai effectué des stages dans les maisons de haute couture parisienne qui m’ont beaucoup aidé à réussir dans ma carrière aujourd’hui.

J’ai quitté Paris pour Genève. Pendant quelques années je créais pour une maison de haute couture spécialisée dans la robe de marié. Ensuite j’ai ouvert ma propre boutique.

J’ai participé à l’événement Caftan trois années de suite. Et à d’autres événements de mode, mais les événements que je préfére ce sont les : culturels ou on fait la promotion du Maroc par la culture.

Avec un groupe de collègues du même métier, on a fondé la Fédération en 2005.
Parmi les actions que la Fédération a réalisé ; Partenariat avec :
• ONMT
• Festival International du Film de Marrakech
• Le Ministère de la Culture
• Plusieurs Ambassades du Maroc á l’international dans le cadre de semaines culturelles.
Les stylistes membres de la Fédération ont participé au Festival en prêtant leurs plus belles créations pour habiller les stars sur le tapis rouge. Etc…

En 2009 le Fashion Days Maroc a vu le jour à Marrakech á La Mamounia. Cette première édition avait connu un grand succès. La Mamounia nous a demandé de revenir l’année d’après. Etc…la suite vous la connaissez

 

– Pourquoi du styliste et la création ?

La mode pour moi, est mon univers, mon petit monde, mon échappatoire. C’est ce qui me permet de m’évader, de créer et surtout de m’épanouir. La mode est tout d’abord une passion, mais aussi un métier.
Comme je l’ai souvent mentionné, à l’âge de 14 ans, j’ai réellement commencé à confectionner, de mes mains des caftans, que je vendais pour avoir mon propre argent de poche. J’ai toujours voulu joindre l’utile à l’agréable, c’est dans ce sens que j’ai fait de ma passion, mon métier. Je m’imprègne de tout dans la vie, mais ce qui réellement m’inspire chaque jour, c’est l’océan. Face à la mer, face à cet horizon sans limite, j’ai toujours imaginé mes créations comme si elles se dessinaient sur l’eau. C’était comme une vision.

– Parlez nous un peu du fashion days Maroc que vous présidez ?

Le Fahion Days Maroc est notre bébé á nous les stylistes. Cet événement a été créé tout d’abord pour les jeunes créateurs pour qu’ils puissent s’exprimer librement sur un podium. C’est la première plateforme de mode qui a lancé plusieurs catégories de styles, exemple : le PAP la couture occidentale, la mode pour homme , la mode pour enfants etc…
Egalement c’est la première plateforme qui a réuni plusieurs créateurs internationaux et nationaux sur le même podium. Une vraie Fashion Week.

– Vous êtes également présidente de la fédération de la couture Marocaine, parlez nous de cette fédération.

La Fédération a été créée en 2005. Nous avons rencontré beaucoup de difficultés au début mais á la fin nous avons réussi notre challenge. Bilan très positif pour nous. Pour le secteur au Maroc, c’est un autre challenge. Ce secteur qui peut rapporter énormément à l’économie marocaine malheureusement il est très mal géré.

Le caftan faisant partie intégrale de notre culture, se déploie de plus en plus à l’international, et se modernise au Maroc. C’est ce qui nous permet et nous permettra de créer des tenues marocaines, alliant tradition et modernité et qui permet de répondre à tous les goûts présents et futurs.

 

– Quel bilan faites vous de ce secteur au Maroc

Aujourd’hui, le secteur de la mode en Europe représente 60 000 emplois directs. Mon souhait est que ici au Maroc on arrive à réaliser un chiffre pareil. Pour cela, il faut que les autorités nous soutiennent. La mairie ou le Ministère de l’Artisanat doivent consacrer un soutien financier aux créateurs pour les aider à créer leurs propres marques et pouvoir l’exporter.
Ce secteur de production particulièrement dynamique peut constituer un atout considérable pour notre pays et peut faire aboutir à un rayonnement exceptionnel.
La mode, ce sont aussi tous ces métiers “fantômes” de la création artistique “Les artisans”. Il faut les aider en réaffirmant notre soutien sans réserve à cette industrie essentielle et considérable, il faut se donner les moyens de consolider notre position.
Je vois les choses en grands peut être mais notre Pays pourra pourquoi pas devenir une capitale mondiale de la mode.

 

– Quels sont vos projets à venir ?

Organiser des Fashion Days Maroc partout dans le monde et faire connaitre nos ingénieux jeunes créateurs.
Je vis actuellement à Dubai.

– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?
La femme marocaine d’aujourd’hui, s’impose de plus en plus dans notre société. Elle est devenue polyvalente et s’adapte à l’évolution de la mode, ce qui pour une certaine majorité, la rend libre de ses choix vestimentaires.
La femme marocaine est forte, moderne, cultivée et gracieuse.

– Votre avis sur lamarocaine.com ?
Un site qui se respecte. J’aime beaucoup.

– Dernier mot
La création de mode n’a pas de frontières, c’est une langue universelle, qui est parlée par tous. C’est un art qui est autonome comme le cinéma. Et son langage, c’est la beauté.
Si j’ai un conseil que je pourrai donner aux jeunes créateurs, ça serait une belle citation que j’aime beaucoup « Travaillez dur en silence, laissez le succès faire du bruit ».
Avoir du talent, ce n’est pas suffisant. Ce qui est vraiment important, c’est la manière dont vous utilisez ce talent, quand vous en avez. C’est aussi important que le talent en tant que tel.

 

Interview réalisé par : Aziz HARCHA
Le 08/05/2018

About Rédaction

Check Also

ilham mirnezami

Ilham Mirnezami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je m’appelle Ilham Echchaddadi Mirnezami. Née …