Home / couple / Les hommes sont-ils tous fans des sites érotiques ?

Les hommes sont-ils tous fans des sites érotiques ?

Il y a bien longtemps que l’érotisme n’est plus un tabou. Pas surprenant, donc, que ces messieurs soient toujours partants pour profiter des photos et vidéos offertes par milliers sur la toile. Vous avez pris votre chéri en flagrant délit ? Vous avez des doutes sur ses activités nocturnes ? Vous hésitez à fouiller dans son historique ? Commencez par dédramatiser :

Les hommes sont-ils tous fans des sites érotiques ?

Pas tous, mais presque…

Il y a ceux qui avouent : Conséquence logique de l’évolution des mœurs, les hommes ne se cachent plus et les plaisirs solitaires sont assumés, voire revendiqués.
Au rang des arguments en faveur des sites érotiques :
– l’hypocrite « C’est juste par curiosité », le mouton « Tout le monde le fait »,
– le viril « Je suis un homme, j’ai des besoins »,
– le poétique (et non moins fourbe) « Ce n’est pas parce que j’ai un jardin que je ne peux pas me promener en forêt »
– et le summum de la lâcheté « Il vaut mieux ça plutôt que je trompe ma femme ».
Toutes ces justifications possibles ont tendance à décomplexer les « pratiquants » et contaminer les autres : les timides ou les sérieux se lancent sans honte dans cette consommation sexuelle artificielle.
Et ceux qui nient : non, tous les mâles ne passent pas leur vie le nez fourré dans les jupons virtuels de ces dames. Il y a ceux qui ne voient pas l’intérêt, ceux qui aimeraient bien mais qui n’ont pas le temps, ceux que ça amuse plutôt que ça n’excite, et… Ceux qui mentent ! Réponses les plus courantes : « Moi ? Jamais ! », « Merci, j’ai passé l’âge », ou encore « J’ai ce qu’il me faut à la maison ». Ces mythomanes honteux ou soucieux de leur image ne sont pas à blâmer pour autant. Sexualité, désirs, fantasmes, besoins, toutes les pratiques qui relèvent de l’intimité n’ont pas à être avouées, confessées ou montrées. Même (et peut-être surtout) en couple. L’amour n’exclut pas la pudeur, et tant mieux !

Que cherchent-ils ?

De façon schématique, on peut dissocier les fans de sites érotiques en deux catégories : sains et malsains.
Dans le premier cas, la curiosité l’emporte et la recherche du plaisir n’est motivée que par un très innocent « il n’y a pas de mal à se faire du bien ». Vous pouvez trouver cette attitude immature ou répugnante, mais à petites doses, cette activité peut être bénéfique pour eux et sans grand risque pour vous et votre couple. Sur le plan physique, ils se soulagent de leur trop-plein de pulsions, s’assurent de leurs performances toujours au top ou s’entraînent pour mieux vous satisfaire. Mais le travail se fait surtout dans la tête : faire « comme les copains » et pouvoir participer aux discussions de macho sans passer pour un idiot, avoir une impression de liberté totale alors qu’ils sont « casés » et un sentiment de toute puissance alors qu’ils ne sont pas forcément toujours à la hauteur : le bonheur !
Dans le cas « malsain », la fréquentation de sites érotiques n’est qu’une réponse biaisée à un problème plus profond. Frustration et manque de communication dans le couple ? Plutôt qu’affronter vos problèmes sexuels et risquer d’en être responsable, l’homme-autruche se tait et contourne l’obstacle en comblant son manque secrètement. Cette pratique devient une obsession ? Vigilance ! Avec ce genre de sites, le risque est de tomber dans la facilité. Une consommation rapide, discrète, une sexualité accessible et efficace, tout pour les éloigner de la réalité et des plaisirs à deux. Manque d’aplomb ? S’il vous jure, écarlate et bégayant, qu’il est « tombé dessus par hasard » et qu’il ne recommencera plus jamais, vous entrez dans la peau de la marâtre et lui régresse dans le rôle de l’adolescent à la sexualité naissante. Avant toute chose, tâchez de rester un couple !

Comment réagir ?

S’inquiéter ? Non, votre homme est peut-être un peu (beaucoup ?) porté sur la chose, mais tout sauf anormal. Lui faire une scène ? Non plus, le gronder comme un enfant ne ferait que creuser un peu plus le fossé qui vous sépare sur cette question. En parler ? Si le comprendre vous permet de mieux l’accepter, n’hésitez pas à lui demander ce que ça lui apporte, l’effet que ça lui fait. Mais si ses réponses ont l’effet inverse (lui mal à l’aise, vous déçue, et disputes à gogo), abstenez-vous. Chacun son jardin secret, c’est possible et parfois préférable.
Culpabiliser ? Surtout pas ! Après une grossesse, pendant une période de stress ou n’importe quand, vous avez tout à fait le droit à une baisse de libido. Il ne peut ni vous le reprocher ni vous faire porter le chapeau de son goût du porno.

Positiver ? Tenter de voir le bon côté, voilà la solution. En comblant ainsi ses envies, votre homme n’aura plus besoin de vous harceler pour un énième câlin, et vous échapperez à l’éternelle discussion : nous sommes différents, nous n’avons pas les mêmes besoins, respecte mon rythme, je ne suis pas une machine ! Enfin, si regarder lui évite de consommer, vous aurez gagné sa fidélité. Avoir l’amour et la paix, que demande le peuple ?

Source: notrefamille.com

About Rédaction

Check Also

L’infidélité, comment la surmonter ?

Les écarts d’un homme sont souvent mal vécus par une femme qui rêve de fidélité …