Home / Droit / L’art de la caricature au service de la cause féminine

L’art de la caricature au service de la cause féminine

C’est une idée pour le moins originale que le ministère du Développement social a présentée récemment à la Villa des arts de Rabat. A son initiative, une série de caricatures ont été suspendues dans les jardins de cet espace artistique mais pas seulement pour  »amuser la galerie ».

L’idée de cette exposition, menée en étroite collaboration avec plusieurs partenaires associatifs et institutionnels, en l’occurrence la GTZ (Coopération allemande au développement), s’inscrit dans le cadre de la 2e campagne nationale destinée à sensibiliser et à promouvoir la participation politique des femmes dans les élections communales de 2009. Maria José Moreno Ruiz, conseillère auprès de la GTZ dans le domaine de l’approche genre, explique que malgré plusieurs processus sociaux enclenchés dans le cadre de la modernisation, les femmes n’ont pas pu accéder de façon significative aux hautes instances politiques locales et nationales. Elle ajoute que «cette résistance à l’intégration des femmes dans les institutions politiques représentatives n’est pas de nature à renforcer le développement politique et social du pays.

Il faut, selon elle, impérativement intervenir pour donner plus d’espace et de visibilité aux femmes, en adéquation avec leurs compétences, en faisant connaître davantage les mesures de la charte communale et en apportant une aide aux futures candidates». La représentation féminine aux fonctions politiques locales a, en effet, atteint à peine les 0,56%, une situation discriminatoire criante qui ne pouvait laisser les instances politiques décisionnaires indifférentes, a fortiori celles dirigées par les femmes.Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, est de celles qui militent ardemment pour la promotion des femmes et de leur représentativité au sein des partis politiques, majoritairement présidés par les hommes. «Le choix de la caricature n’est pas un hasard. Ce procédé artistique attire l’attention sur les stéréotypes et les inégalités qui subsistent chez nous entre hommes et femmes en forçant le trait de manière humoristique», déclare la ministre qui a trouvé là un moyen habile de sensibilisation pour «parler» à la population.

Par un magique trait de crayon, les hommes se retrouvent, en effet, épinglés par les caricaturistes dans des situations loufoques qui les renvoient sans ménagement à leurs préjugés sexistes par rapport à la participation politique des femmes. Une initiative habile qui, si elle fait à la fois sourire et réfléchir, s’inscrit surtout en droite ligne de la volonté politique de Sa Majesté Mohammed VI qui, lors de la réforme du code électoral le 10 octobre 2008, avait appelé le gouvernement et le Parlement à collaborer pour «la mise en place de mécanismes efficients à même de favoriser une représentation adéquate et une présence plus large des femmes au sein des conseils communaux, tant en ce qui concerne les candidatures qu’au niveau du scrutin». La ministre du Développement social a pris à son compte cette nouvelle vision politique et cherche par cette action originale à impulser une nouvelle dynamique au cœur de la chose politique et particulièrement à encourager l’égalité des sexes dans la sphère de la gouvernance locale.
Une première campagne avait été organisée par le ministère de tutelle en mars 2008, avec pour créneau la participation politique des femmes comme levier de développement social suivie en juillet de la même année de leur représentation dans le monde rural. Une première approche qui a permis de diagnostiquer de graves déficiences dans le dispositif de promotion des femmes au sein de la politique locale et d’instaurer des mécanismes de quota afin de permettre, enfin, leur participation dans les instances locales et les centres de décisions communaux où elles étaient quasiment absentes.
—————————————————————-
Parité homme-femme
L’exclusion des femmes de la gestion communale était contraire aux avancées réalisées au Maroc dans le domaine de la parité homme-femme voulue par Sa Majesté et à la cohérence de la politique moderne menée dans ce sens. En dépit de leur percée dans les différentes sphères des champs économiques et sociaux, l’intégration des femmes aux élites politiques locales et nationales, et donc au processus de prise de décision, demeure jusqu’à présent plutôt faible. Or, leur participation politique a démontré, si besoin était, que les femmes avaient un sens aigu de la justice, un sens élevé des questions sociales et des besoins de la population leur permettant de lutter plus efficacement contre la corruption, de réconcilier les citoyens avec la politique et au gouvernement de remplir ses engagements socio-politiques aux niveaux national et international.
Ces qualités ne sauraient être plus longtemps ignorées par le bastion des conseillers locaux qui auraient tout à gagner «de cet apport de la femme marocaine qualifiée, connue pour son intégrité, son réalisme et sa fibre sociale. Reste que l’exposition qui est dupliquée en 6 exemplaires pour être présentée à Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et à Tétouan devra achever de convaincre les plus irréductibles des politiques masculins du bien fondé de la participation de leurs homologues féminins. Les 11 caricaturistes, de leur propre aveu, ont pris un malin plaisir à réaliser cette «œuvre» nationale majeure.

Source : Le Matin

About Rédaction

Check Also

Emma Watson à l’ONU: un discours poignant sur l’égalité des genres

Emma Watson a délivré un discours particulièrement touchant samedi 20 septembre au siège de l’ONU …