Home / Droit / Journée d’étude de lutte contre les violences à l’égard des femmes

Journée d’étude de lutte contre les violences à l’égard des femmes

violenceUne journée d’étude a été organisée à Rabat à l’initiative du ministère du développement social, de la Famille et de la Solidarité, avec l’objectif de définir les modalités de mise en oeuvre du programme multisectoriel de lutte contre les violences fondées sur le genre par l’autonomisation des femmes et des filles au Maroc (LCVFF).

Ce programme, d’un budget global de 62 millions de DH, mobilisera les efforts de 13 instances gouvernementales, huit agences du système des Nations Unies et des ONG et composantes de la société civile, pour la protection des femmes contre toute forme de violence et de discrimination.

Lancé à Marrakech le 30 mai dernier sous la présidence effective de SAR la Princesse Lalla Meryem, il exprime « une volonté ferme de combattre ce phénomène social qui constitue une véritable atteinte aux droits humains et aux libertés fondamentales des femmes », a précisé Nouzha Skalli, ministre de Développement social, de la Famille et de la Solidarité, à l’ouverture de cette journée.

Le programme multisectoriel renforce les efforts déployés au Maroc pour la protection des femmes et des fillettes contre toute forme de violence et de discrimination, par les différents intervenants des départements publics et des associations, particulièrement les centres d’écoute et le conseil juridique et psychologique, les ONG oeuvrant pour la protection des droits humains et les organismes internationaux, a-t-elle expliqué.

Mme Skalli a rappelé les acquis du Maroc en matière de promotion de la femme, citant notamment l’adoption du code de la famille, l’intégration de la dimension genre dans la planification stratégique et la programmation budgétaire, la lutte contre les disparités territoriales et selon le genre, dans le cadre de l’Initiative nationale pour le Développement humain.

Elle a également évoqué la création de cellules et de structures d’accueil par les ministères de la justice et de la santé, par la sûreté nationale et la Gendarmerie Royale.

Le programme LCVFF s’articule autour de deux axes stratégiques, à savoir l’appui à l’institutionnalisation du genre et des droits humains des femmes dans les politiques nationales et programme de développement et la territorialisation des politiques nationales sensibles au genre avec la mise en place de chaînes multisectorielles de prise en charge des femmes et des filles violentées, des espaces pour l’autonomisation des femmes et des filles et une sensibilisation et éducation pour une culture égalitaire, a indiqué Skalli.

Pour sa part, Zineb Touimi Benjelloun, directrice des Programmes UNIFEM (Fonds de développement des Nations Unies pour la femme) pour l’Afrique du Nord, cette initiative contribuera à l’aboutissement des efforts engagés par le Maroc pour la promotion des droits humains des femmes et des filles et représente une réponse commune des agences, fonds et programmes des Nations Unies concernés à la priorité nationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

Les outils, les approches et les partenariats stratégiques qui seront développés dans le cadre de ce programme permettront de soutenir les chantiers nationaux en la matière, à savoir les réformes juridiques et institutionnelles pour la promotion des droits humains des femmes et des enfants, la gouvernance territoriale impulsée par l’INDH et les démarches innovantes de la participation de la société civile aux efforts de développement.

L’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Luis Planas a, de son côté, affirmé l’engagement de son pays, en étroite collaboration avec le système des Nations Unies, à £uvrer pour faire aboutir ce programme, saluant les efforts du Maroc visant la promotion de la femme.

Les travaux de cette journée sont axés sur le dispositif juridique et les mécanismes de coordination institutionnelle, le processus de planification, le suivi et l’évaluation des politiques-stratégies-programmes de la LCVFF, l’accès amélioré des femmes et des filles victimes de violence y compris migrantes et ou réfugiées, à des services de qualité.

Six régions sont couvertes par ce programme à savoir Marrakech-Tensift-El Haouz,Tadla-Azilal, Souss-Massa-Draa, Tanger-Tétouan, l’Oriental et Fès-Boulmane.


Source : MAP

About Rédaction

Check Also

Emma Watson à l’ONU: un discours poignant sur l’égalité des genres

Emma Watson a délivré un discours particulièrement touchant samedi 20 septembre au siège de l’ONU …