Home / tribune libre / « Dis-moi ce que tu défends, je te dirais qui tu es « 

« Dis-moi ce que tu défends, je te dirais qui tu es « 

« Dis-moi ce que tu défends, je te dirais qui tu es « 
Nous nous retrouvons ces temps-ci, complètement dépassés par des « incidents  » où l’on voudrait insérer le principe du complot politique, à tord où à raison, mais où le sort de la femme marocaine est le principal enjeu, sinon …le jeu.
Entre celle qui  » tente de se suicider » et celle que l’on accuse de  » tentative d’avortement »,
le jeu politique est indéniablement présent, non pour inculper aveuglément , mais pour mettre le doigt, montrer, démontrer et mettre l’accent sur le double « je/ jeu » des mœurs de ceux qui semblent influencer l’opinion publique, où qui sont susceptibles de jouer un quelconque rôle dans la scène politique future.
Quand l’un utilise la carte d’une épouse absente/présente, afin de justifier le saut en hauteur d’une jeune femme dont l’état physique actuellement est assez délicat .
Quand on essaie de mettre en avant, la fameuse argumentation reposant sur la théorie du complot, histoire d’attirer la sympathie de militants aveuglés par la plus grande des passions : La chasse aux sorcières.
Voilà que les islamistes, eux-mêmes se mettent à mendier le soutien de ceux qu’ils sont les premiers à condamner à travers des textes de lois figés qu’ils défendent ,quitte à y laisser un bras ou une jambe, et un référentiel religieux adapté soigneusement aux humeurs et circonstances qu’ils soulignent ou atténuent selon leur bon vouloir.
Vous êtes qui ?
Aurions-nous aimé savoir!
Êtes-vous conservateurs ?
Êtes-vous progressistes ?
Devant le flou des positions et des positionnements , les islamistes sont en chute libre sans qu’aucun filet de sauvetage, ne se faufile à l’horizon.
Tenant les rênes du pouvoir , ils entraînent dans leur chute , tout un peuple, toute une nation, vers le gouffre de l’incertitude, de l’incompréhension.
Quand notre ministre de la femme , islamiste de surcroît , émergera de son profond sommeil ( un sommeil dont rien ne semble perturber ni la quiétude ni la pérennité) , demandez-lui de soutenir  » sa sœur », de nous gratifier par une sortie médiatique, où elle évoquerait de deux choses l’une , soit la liberté individuelle ou la légalité des mariages non-officiels!
Exprimant clairement le positionnement de son ministère, sinon son positionnement !
Dis-moi ce que tu défends
Je te dirais qui tu es
Dans l’absence de clarté, de transparence
Dans le contexte d’un attachement saugrenu à une schizophrénie chronique et soutenue
Permettez-nous de douter
De votre droiture présumée !
Dirait en chœur tout un peuple déboussolé,
Usé de subterfuges et de magouilles
D’un idéal pur qu’ils souillent!
En attendant , les femmes marocaines continuent et continueront à payer des factures qu’elles n’ont pas consommées.
Elles resteront les victimes chroniques , les complices tacites d’un déboussolement social , national car commun et  public.
La libération de la femme ne passe que par elle-même.
Par un militantisme forcé car incontournable, en faveur de la démocratisation sociale, la révision de lois racistes et sexistes.
Face aux grands scandales …nous nous retournons toutes , les unes vers les autres, en nous sommant d’être prudentes , en censurant notre droit d’être vivantes !
Nous nous regardons avec appréhension, avec inquiétude…
Nous nous posons cette fameuse question :
À qui le tour?
Nous émettons ces éternelles interrogations faites de doute, d’anxiété et de peur , d’un présent qui ne nous sied plus, d’un futur non-garanti !
Le militantisme est notre arme, notre salut…
Notre combat d’aujourd’hui est notre gage
Pour un futur radieux fait d’espoir et de sécurité, de dignité, d’équité et de liberté !

Par loubna El Joud

About Rédaction

Check Also

Les conditions de la femme

« Parce que l’homme s’ennuyait, Dieu a créé la femme pour lui tenir compagnie… » …