Home / tribune libre / Les conditions de la femme

Les conditions de la femme

« Parce que l’homme s’ennuyait, Dieu a créé la femme pour lui tenir compagnie… »

Il demeure impératif de revenir vers les origines pour comprendre le fonctionnement d’une relation complexe par définition, où les rôles prédéfinis ne semblent pas être sujets à révision et encore moins à un supposé changement dans les pays arabo-musulmans de manière générale, et les pays tiers-mondistes d’une manière plus particulière.
Entre le 21éme siècle chrétien, et le 15ème siècle musulman , les six siècles qui font la différence semblent peser lourdement sur la conception de la femme chez l’homme arabo-musulman , ne s’étant pas encore défait de sa mentalité tarzanique, d’une supposée supériorité physique, intellectuelle et sociale mise en avant par des textes religieux adaptés au bon vouloir d’une société machiste pour la plupart, puisant sa force d’un sadisme masculin et d’un masochisme purement féminin.
Entre celle que l’on condamne parce qu’elle a « Tweeté » ce qu’il ne fallait pas dans un pays du Golf , et celle que l’on tue au Maroc « par erreur » (aurions-nous voulu savoir), parce qu’elle a osé rêver d’un meilleur avenir sur l’autre rive . La condition de la femme arabo-musulmane, de manière générale et de la femme marocaine par conséquent, est la résultante d’une équation où la perversité est à la fois le stimulus et la réponse.
Les femmes arabo-musulmanes, coupables présumées d’office, ont passé des décennies à se complaire dans une condition hybride, précaire, oscillante entre devoirs et obligations.
La femme marocaine ne sort pas du lot, elle hérite des préjugés de la tradition islamique, loin de la religion elle-même, loin de toutes les religions, dans un contraste poignant avec les textes de lois mis en vigueur.
Si le Maroc s’était inscrit dans une volonté d’améliorer la condition de la femme,quand les textes juridiques soutiennent les femmes, les mentalités stagnent et refusent d’évoluer.
Être femme dans le Maroc actuel est un exercice désagréable, où l’incompréhension rime avec l’improbabilité, où la culpabilisation ancre la culpabilité.

About Rédaction