Home / Interviews / Amale Temmar

Amale Temmar


– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ?

Amale Temmar, actrice Marocaine ayant à mon actif plus d’une cinquante de films, de pièces de théâtre et d’émissions.

– Racontez nous un peu votre parcours et votre vie professionnelle.

Ma carrière a démarrée à l’âge de 11 ans ou j’ai fait ma première apparition dans l’émission pour enfants « Nadi Assighar ». Je suis passé ensuite au théâtre amateur avec «Abdelmajid Fennich » où j’ai obtenu le premier prix d’interprétation féminine pour mon rôle dans la pièce « Ours Alkoufa ».

Puis une carrière professionnelle dans la légendaire troupe de théâtre « Mohammed V » avec de nombreuses représentations à travers tout le royaume. J’ai également intégré par la suite le monde du cinéma et de la télévision à travers de nombreuses séries et de grand film national.

De nature généreuse, je suis engagée dans l’action associative, je suis l’ambassadrice de l’association « Touche pas à mon enfant ». De ce fait, j’apporte une participation majeure au film « Silence à Haute voix» de Driss El Idrissi pour sa campagne de sensibilisation contre les violences à l’égard des enfants.


– Que se passe-t-il avec la Télévision Marocaine et plus spécialement les 2 chaines Nationales ?

Je me permet au nom de tous les artistes participants au projet qu’il est temps de changer certaines pratiques, il est temps d’avancer et il est temps de donner chance aux œuvres et non aux personnes c’est les mêmes noms qui reviennent souvent (ihtikar « monopolisation » dial charikate al intaj) qui bouffent a chaque fois le budget. On est des artistes qui ont milité dans le temps beaucoup plus pour l’art que pour l’argent on a acquit de l’expérience et de la notoriété et on est fière d’appartenir au monde des arts par auquel nous sommes rentre par la grande porte. Malheureusement un grand nombre d’artistes qui souffrent en silence. Nous disons « Baraka min almahssoubia « favoritisme » wa al m3aref » On en a marre du favoritisme

– Ne pensez vous pas que c’est un politique de rajeunissement des œuvres de la part des chaines ?

Je dirais plutôt que c’est qu’il n’ya pas d’âge pour l’artiste, le journaliste et autres métiers de création. Notre telenovela parle de plusieurs générations à l’infini. On parle toujours d’anciens, de jeunes, de plus jeunes et même enfants et bébés (je suis membre de l association touche pas a mon enfant)j ai acquit beaucoup d’expériences et notre œuvre reflète la vie de tous les jours, de nous les Marocains. Je militerai et je ne perdrai pas espoir grâce a vous et grâce a tous ceux et celles qui croient en l égalité des chances


– Quels sont vos projets d’avenir ?

Mes projets pour l’avenir c’est de voir sortir de l’ombre le projet de l’association: chanson (bghina al hayat) dont j’ai écris les paroles et qui a été chantée dans plusieurs styles: rai, pop, cha3bi, moderne, classique, malhoun, amazigh et soussi ,gnawi et même en langues étrangères: français, espagnol, turk et la liste sera longue inchallah. Car c’est un sujet universel qui appel a la meilleure traitante de l’enfance contre les abus sexuel et la violence, pour le droit a la scolarisation et non au travail des mineures et petites bonnes

la chanson est chantée par une pléiade de grands chanteurs Marocains comme Abdlouhab doukali, Bachir Abdou, Majda Yahyaoui, Fatima Tihihit, Abdelali Ghawi, Rachid Berriah, Sakina Fdaili, Fatima zahra Laaroussi, Najat Rajwi,Oum, Amouri Mbarek, The family,omajil,Louisa Baleiche,Groupe gnawi kodss,cristina del valle,Saad Lamjared et plus du jeune rappeur (15 ans) master flowers et un chanteur Turk et un autre palestinien et autres. La  distribution musicale du maestro Rachid Regragui

On prépare aussi des petites pièces dont j’ai écris les scenarios, qui traitent les sujets des femmes, de la violence, de l’analphabétisme, de l’enfance etc. Ces pièces intitulées: « Sbitar al houma », « khadima assaghira »,  « cyber »,  «  khtana », « al awlad fin », « «scooter » etc, elles seront interprétées par Nezha Regragui, Naima ilias, Mohamed Atter, Salah Eddine Benmoussa, Youssef sriti, Abdelkader Motae, Jamal laababsi, Mohamed Atifi, et moi-même.

J’ai fini en juin le tournage du film (la danse du monstre) dont j’ai écrit le scenario. La réalisation est d’Hassan Benjelloun.

« Nissae wa assrar » pour laquelle je me bats ; scenario Amale Temmar et production Fatima Khayr et saad tsouli et interprétée par plus de 85 artistes, on a déjà rencontré des responsables mais sans réponses, juste des promesses et puis plus rien.

Tous les œuvres sont prêts, malheureusement nos chaines n’ont pas voulu sponsoriser. Je tiens à remercier à travers ce site tous les artistes Marocains et Etrangers qui nous épaulé


– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je dirais aux femmes de foncer, elles peuvent réussir dans tous les domaines Je remercie également les hommes qui sont pour l’égalité et qui croient en les femmes


– Votre avis sur lamarocaine.com ?

J’apprécie le site, je luis souhaite bon courage


– Dernier mot

Merci a la marocaine.com pour son attention

Par : Aziz HARCHA

About Rédaction

Check Also

ilham mirnezami

Ilham Mirnezami

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter SVP ? Je m’appelle Ilham Echchaddadi Mirnezami. Née …